Ardennes brabançonnes: Tant avec si peu

Dans les années 70, cette partie de la province du Brabant wallon n’était pas la riche cité-dortoir et universitaire d’aujourd’hui. Les sites d’intérêt touristiques, pourtant nombreux, dormaient, ou avaient oublié de naître, à l’ombre des grandes villes voisines. Nous étions alors dans un consortium de villages et de villes provinciales divisés en OT épars. la Maison du Tourisme des Ardennes brabançonnes a été pensée pour la première fois par le Ministre Collignon, il y a bientôt 17 ans.

Un territoire délimité à cinq communes

Situé à quelques kilomètres de la Flandre voisine, ce territoire vallonné et central du Brabant francophone regroupe les communes de Chaumont Gistoux, Grez-Doiceau, Ottignies-Louvain-La-Neuve, Rixensart et Wavre. De jolis châteaux, des églises de toute époque et des musées audacieux se visitent au détour des chemins.

Les cinq communes ont placé leurs atouts dans des pôles tels que le Musée Hergé ou Walibi. Un calendrier assez étoffé jalonne l’année d’offres bourgeoises et nombreuses. Des ballades d’ancêtres, des promenades pédestres dans la campagne ou dans les châteaux sont mis en avant via le site internet du MTAB. Plus d’informations via le lien suivant: http://www.mtab.be/fr/agenda

Pour accueillir les visiteurs qui souhaitent passer la nuit là-haut , ce ne sont pas moins de 600 chambres qui proposent un oreiller ou un lit à baldaquin aux quatre coins de ce petit pays. Quelque 26 lieux d’hébergement accueilleront l’homme d’affaires ou l’amoureux de Napoléon dans de luxueux hôtels ou des gîtes cossus.

Petit budget et gros calendrier

A la tête d’un orchestre de sept personnes et d’aides ponctuelles, nous retrouvons Josette Champs.

Celle qui reprit en 2009 la reconstitution de la bataille de Wavre (combat lié à Waterloo), laissera bientôt son fauteuil à une jeune remplaçante.

Pour organiser ses différents projets, cette femme dynamique ne bénéficie pas d’une besace de capitaliste. Avec 68.000 euros de revenus annuels, c’est moins de la moitié d’une belle Porsche 911, qui est octroyé au tourisme en Brabant Wallon. Face au budget alloué dans les régions voisines, il est curieux de constater que ce pays-ci ait préféré un vieux canasson à la voiture de course.

Grâce à cette obole, la Directrice accomplit différentes missions et pas des moindres: la bataille de Wavre, tout d’abord qui accueille pas moins de 450 “reconstituteurs”, la promotion, le site internet et plus encore. Parmi ceux-ci, un festival de la BD qui s’éclipse une année sur deux pour une autre rencontre dédiée au dessin de presse. Le seul budget pour cet évènement est de douze milles bal(les).

Les conseils de la Directrice pour les années à venir

Champs nous fait de suite savoir la confiance qu’elle porte envers son équipe. C’est aussi grâce à plus de personnel “fixe” qu’elle envisage la pérennité de son service. Des opérateurs multilingues aideront certainement à faire rayonner la bataille wavrienne, chère à son cœur.

Des collaborateurs précaires seraient le premier frein à cette émancipation.

Ici comme ailleurs, la commune est confrontée à des touristes à la recherche de choses authentiques. “Les gens cherchent quelque chose d’exceptionnel” nous affirme la préposée au tourisme. Les cabanes dans les bois et les igloos seraient plébiscités par les touristes flamands, premiers visiteurs de cet Etat. Avis aux promoteurs…

Les salons ne ramènent pas le touriste vers la ville du Maca. Le bouche-à-oreille et le tourisme d’affaires assurent la promotion, soutenus par différents guides, la presse et un site internet, particulièrement bien fait.

Notre commentaire :

Certes il n’y pas la mer et encore moins de montagnes enneigées dans les Ardennes brabançonnes. Il n’empêche que ce fief libéral bénéficie d’atouts que la Province wallonne pourrait mettre en avant grâce à un accompagnement plus soutenu. Des initiatives d’antant sont parfois ronflantes et un bon coup de pied semble nécessaire au pays des Gonzagues. Face aux visions élaborées pour 2020 par la région flamande en matière de tourisme, il ne serait pas insensé que le MTAB, dont le siège est établi dans la ville michélienne, se donne plus de possibilités pour faire venir les autres à elle. Fussent-ils touristes.

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

1 COMMENT

LEAVE A REPLY