Après Uber et les taxis, AirBnB et les hôtels, voici Eatwith et les restaurants

Les restos vont ils suivre l’exemple des taxis et des hôtels dans leurs conflits envers les plates- formes concurrentes? L’hécatombe des restos à Bruxelles et ailleurs, après l’entrée en vigueur de la BlackBox et autres entraves légales, va t elle s’amplifier?

Les risques sont là en tout cas. En effet, parmi les multiples applications ou sites à notre disposition, un petit nouveau fait son bonhomme de chemin vers les clients Touristes: Eatwith. Le concept est simple, vous partagez un repas chez l’habitant.

Déjà présent dans plus de 130 villes dans le monde, y compris à Bruxelles, Anvers et d’autres, l’expérience peut séduire. Mais attention, elle n’est pas gratuite évidemment. Vos hôtes belges réclameront à leurs visiteurs entre 29 et 69 € par personne.

Un menu est décrit sur le site pour chaque endroit, boissons incluses normalement, bien qu’il soit mentionné que vous pouvez emmener vos boissons également. Bref, une autre forme d’ubérisation de la restauration.

Eatwith récolte sa commission au passage (20% d’après une interview), et sélectionne les participants volontaires qui doivent répondre à certains critères. Le concept va se développer et l’on doit/devrait déjà se poser les questions de base: quid des contrôles sanitaires, quid des taxes, quid des frais légaux de sociétés et autres que les restos avec pignons sur rues doivent supporter?

Le comportement du Touriste change tous azimuts, on le sait et on se doit de le respecter. Mais j’anticipe déjà les réactions de nos restaurateurs belges. Notre gastronomie, un de nos fleurons touristiques, ne mérite pas cette forme d’ubérisation.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY