Après les attentats, la Thaïlande
se veut rassurante

Bangkok, Palais Royal

Frappée à son tour par le terrorisme, et à l’instar de la Tunisie, de l’Egypte et de la Turquie, la Thaïlande tente également de rassurer les touristes qui risquent de la déserter.

Deux jours après son homologue de Paris, c’est l’ambassadrice de Thaïlande à Bruxelles, Mme Busaya Mathelis, qui a réuni quelques journalistes et représentants de tour-opérateurs belges pour les assurer que la situation était parfaitement sous contrôle. Toutes les attractions touristiques fonctionnent, restaurants et centres commerciaux sont ouverts et aucune manifestation prévue n’a été annulée comme les festivités marquant le 84ème anniversaire de la reine Sirikit.

Yes, we care

Tous les hauts lieux du tourisme font cependant l’objet, désormais, d’une présence policière renforcée, de même que les gares et les aéroports. En outre, les autorités thaïlandaises ont lancé une nouvelle campagne, « We Care », encourageant les professionnels locaux à s’impliquer davantage dans la sécurité des touristes, un engagement matérialisé par le port d’un ruban blanc et jaune, « symbole de paix et d’unité de la nation ».

Un centre de veille

Les autorités thaïlandaises souhaitent mesurer l’impact des attentats sur l’industrie touristique, d’autant que la Thaïlande attire chaque année entre 15 et 16 millions de touristes. Un centre de veille a été mis en place dès le 12 août afin de collecter un maximum de données auprès des bureaux de l’Office de Tourisme thaïlandais dans tout le pays et à l’étranger concernant les arrivées de touristes, le nombre de réservations et d’annulations auprès des compagnies aériennes et maritimes et de toutes les entreprises liées au secteur du tourisme.

Bangkok, marché flottant
Bangkok, marché flottant

Impact limité ?

Selon ces mêmes autorités toujours, les attentats n’auraient eu qu’un impact limité sur les réservations. Ce n’était cependant pas le sentiment des tour-opérateurs présents à l’invitation de l’ambassadrice à Bruxelles, qui craignent de voir se réduire encore l’éventail des destinations les plus prisées par la clientèle.

Quoi qu’il en soit, les manifestations prévues à l’occasion de la Journée Mondiale du tourisme, le 27 septembre, que la Thaïlande accueille cette année, sont plus que jamais maintenues, cette journée et celle de la veille ayant même été déclarées fériées au pays du Sourire. Maintenus aussi le « Jazz Run Cycling Hua Hin Festival », début septembre, de même que « Magnificent Thaïland » et son festival de street food, début octobre, etc.

Interprétations différentes

Les attaques à la bombe et les incendies criminels, dans la soirée du jeudi 11 et la matinée du vendredi 12 août, ont fait quatre morts et des dizaines de blessés dans le sud de la Thaïlande. Ils étaient « de toute évidence liés », selon la police, qui exclut tout acte de terrorisme et privilégie la piste du « sabotage local ».

Les militaires, pour leur part, tentent toujours d’accréditer la thèse d’une action de l’opposition interne pour déstabiliser le gouvernement, bien que plusieurs experts jugent cette piste peu crédible, privilégiant la thèse d’un lien avec l’insurrection qui déchire le sud de la Thaïlande depuis 12 ans.

Bangkok, Palais Royal
Bangkok, Palais Royal

Une nouvelle Constitution

Quoi qu’il en soit, il est difficile de ne pas établir de rapprochement entre ces attentats et le projet de nouvelle Constitution que la junte militaire au pouvoir a soumis dimanche dernier à un référendum, qui l’a validé à 62 p.c.

Le texte, proposé par la junte, au pouvoir depuis 2014, permettra en effet aux militaires de contrôler la scène politique, même en cas de retour de civils au pouvoir, avec un Sénat qui ne sera plus élu mais nommé. Après l’adoption de cette nouvelle Constitution, les Thaïlandais devraient pouvoir voter lors d’élections législatives qui doivent se tenir en 2017.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY