Après l’affaire du 737 Max, Boeing est attaqué sur le 787

Il aura fallu deux drames et près de 400 morts pour que Boeing et la FAA demandent aux compagnies aériennes de laisser sur le tarmac les 737 Max déjà livrés. Les problèmes ne sont toujours pas résolus. Désormais, on évoque également des soucis techniques sur le 787 ! Il y a de quoi effrayer les clients….

Les spécialistes tirent la sonnette d’alarme sur le 787

D’après une enquête récente du « New York Times », qui s’appuie notamment sur des mails internes et des témoignages de salariés de Boeing, l’avionneur américain aurait caché pendant plusieurs années des problèmes rencontrés lors de la production du 787. Boeing a réfuté les problèmes en évoquant des rumeurs infondées.

Mais les rumeurs s’avéreraient être des faits concrets

Boeing aurait poussé ses employés à produire rapidement le 787 Dreamliner en ignorant parfois les problèmes soulevés par les employés.

Certains de ces défauts ont été détectés à proximité du câblage et des commandes critiques.

Cela pourrait potentiellement pénétrer dans les circuits et causer des problèmes avec les appareils. En conséquence, certains clients auraient été obligés, à leurs frais, de passer la réception de leurs avions au peigne fin.

Les inspecteurs de la FAA confirment

Ces débris ont également été trouvés par les propres contrôleurs internes de Boeing et par les inspecteurs de la FAA lors de l’approbation de chaque avion. La cadence infernale de production dans l’usine de North Charleston (Caroline du Sud), d’où sortent chaque mois 14 avions Dreamliner pourrait être en cause.

Les pilotes français s’interrogent

En France, le Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL) s’interroge ainsi dans un courrier adressé à ses adhérents le 19 avril dernier : « Comment un avion peut-il rester certifié avec un tel défaut constaté ? ». Il s’agirait notamment de poignées coupe-feu qui empêcheraient d’actionner les extincteurs en cas d’incendie sur un moteur.

Le PDG de Boeing affirme que le 737MAX est un avion sûr

Dennis Muilenburg, le PDG de Boeing, continue d’affirmer que les systèmes de sécurité de ses 737 Max étaient correctement conçus, mais il a ajouté que la compagnie aérienne travaillait à les rendre plus sûrs après les deux accidents mortels.

Il a déclaré que les pilotes n’avaient pas « complètement » suivi les procédures décrites par Boeing pour prévenir le type de dysfonctionnement qui a probablement causé l’accident d’Ethiopian Airlines et celui de Lion Air.

Le logiciel anti-décrochage de la société, appelé MCAS, est le lien commun dans les deux accidents. Le patron de Boeing a ajouté : A l’avenir, nous avons identifié un moyen de nous améliorer… je suis convaincu que cela fera de nouveau l’un des avions les plus sûrs dans le ciel ».

Boeing est proche d’avoir finalisé le correctif logiciel

Dennis Muilenburg a répété que la société s’approchait d’un correctif logiciel. Le constructeur a effectué 146 vols d’essais sur le 737 Max, totalisant environ 246 heures de vol avec le logiciel mis à jour. Mais aucune date n’a encore été fixée pour la reprise des vols commerciaux.

Boeing voit baisser ses bénéfices…

Les actions de la société ont perdu environ 10% de leur valeur depuis le crash du 10 mars. Boeing a annoncé la semaine dernière que ses bénéfices avaient chuté de 21% au premier trimestre en raison de la crise.

Boeing a suspendu ses plans de rachat d’actions pour conserver ses liquidités. Il y a fort à parier que l’entreprise devra indemniser les compagnies aériennes lésées et surtout Ethiopian Airlines ainsi que Lion Air.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY