Airbnb, le fossoyeur des centre-villes…

Il n’y a pas que les hôteliers qui sont remontés contre la plateforme de location. Les maires des arrondissements parisiens accusent Airbnb d’être aussi à l’origine de la baisse de la population dans le centre de la capitale…

Alors, Airbnb, utile ou nuisible ?

Arrivée en 2012 en France, Airbnb a complètement bouleversé le paysage touristique dans la capitale française en seulement cinq ans… En 2017, il y a désormais plus d’offres de chambres à la location sur Airbnb (88.000) que de chambre d’hôtels (75.000). Et cette pléthore d’offres n’est pas sans conséquences sur la fréquentation hôtelière parisienne et francilienne.

Certes, il y a eu les attentats qui sont passés par là… Et le bilan 2016 est catastrophique : un taux d’occupation moyen en chute de 6,2 points (72,3%), un RevPar qui s’effondre à 112,50 € (-14,6%)… Quelle est la part attribuée aux attentats ? Sans doute importante, mais l’abondance de l’offre des plates-formes de location a sans doute aussi sa part de responsabilité dans cette Bérézina…

Sans compter que les hôteliers subissent doublement cette concurrence déloyale de plein fouet, eux qui sont assujettis à tout un tas de normes, d’obligations comme payer des cotisations sociales… alors que AirbNB est valorisé 25 milliards de dollars, soit deux fois plus le groupe Accor… Cherchez l’erreur!

Airbnb change la donne

2328502537_bc5de2b85f_zCe que l’on sait moins, c’est que l’irruption de la plate-forme devient aussi problématique pour les Parisiens eux-mêmes.

Cette semaine, les maires des arrondissements accusent Airbnb de les vider de leurs habitants… Selon les derniers chiffres de l’INSEE, la population dans le centre de la capitale a baissé de 5 % en 5 ans…

En cause, la baisse de la natalité mais surtout, l’essor de la plateforme de location de logements Airbnb selon les élus. Le Parisien, citant une étude menée par les services de la Ville de Paris, affirme que 20.000 logements auraient été transformés en locations touristiques.

Et c’est sûr qu’il est bien plus rentable de louer à des touristes de passage sur Airbnb que de faire une location au mois à une famille, des étudiants… qu’on ne pourra pas virer s’il ne payent pas… Et au passage, encaisser des loyers sans (pas toujours) les déclarer au fisc… Y’a bon Airbnb!

Nuisances sonores et moins d’écoles…

Problème, plus d’AirBnb dans une ville, c’est aussi moins d’appartements locatifs disponibles, et donc une inflation des prix des locations … pour plus de nuisances dans les copropriétés pour ceux qui y résident à plein-temps (va et vient incessants de touristes qui débarquent en pleine nuit avec leurs grosses valises dans les escaliers, dans les rues, des fêtes jusqu’au bout de la nuit en pleine semaine alors que les autochtones qui travaillent… aimeraient bien dormir…). Venise a d’ailleurs interdit l’usage des valises à roulettes dans les rues pavées de la Sérénissime…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et moins d’habitants, c’est aussi moins de services de proximité (commerces, artisans…), mais également moins de classes d’écoles maternelles et élémentaires. Lors de la dernière rentrée scolaire de septembre 2016, 4 classes ont été fermées dans le centre de Paris…

Alors, Airbnb est-il vraiment bon pour le tourisme ? Il y a des raisons de douter… Et Paris n’est pas la seule affectée…

Certaines capitales européennes, confrontées au même phénomène, ont pris des dispositions… À New York, il est interdit à un propriétaire de mettre plusieurs appartements en location. À Londres, la location d’un appartement est limitée à 90 jours/an, à Amsterdam, c’est 60 jours/an, Maximum ! A Paris, c’est le double !

Et pour le patron d’Airbnb France, Paris a un bel avenir. Selon lui, il existe encore plus de « 100.000 logements vacants » dans la capitale française.

Les Parisiens n’ont pas fini de souffrir…

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY