Air France lance une nouvelle compagnie « ni-ni »

Le projet « Trust together » dévoilé ce jeudi matin au CE de la compagnie veut notamment créer dès l’hiver 2017 une nouvelle compagnie hybride. Entre low-cost et airline classique, elle sera le bras armé de la reconquête pour retrouver sa place perdue de compagnie leader. On ne rit pas!

Cette nouvelle compagnie – appelée « Projet Boost » en interne – « ne sera pas une low-cost », explique le communiqué qui précise néanmoins que l’expérience d’Air France sera au rendez-vous. Cette nouvelle compagnie sera positionnée sur des lignes moyen et long-courriers en concurrence directe avec les Ryanair et autres EasyJet… mais pas que. La nouvelle compagnie « constituera la réponse du Groupe aux compagnies du Golfe qui se développent à bas coûts sur des marchés clés où Air France-KLM souhaite continuer à croître« , précise le communiqué.

Ces lignes qui affichent affichent des pertes structurelles ou qui ont été fermées pour manque de rentabilité, essentiellement sur le Sud Est asiatique, seront mêmes rouvertes à cette occasion. Pour répondre à la concurrence, la nouvelle compagnie « ni-ni » (ni low-cost, ni classique) sera exploitée avec des coûts réduits comparés à ceux d’Air France.

Si les pilotes volontaires seront détachés de la compagnie Air France, par contre, les personnels navigants commerciaux (PNC) seront recrutés avec des conditions spécifiques plus proches de celles de Transavia, la low-cost d’Air France-KLM. Car c’est essentiellement sur le dos des PNC qu’Air France compte réaliser des économies si on lit bien.

30 % d’ouvertures de nouvelles routes

L’ouverture des premières lignes moyen-courriers est prévue dès l’hiver 2017, celles des long-courriers le sera à l’été 2018. Air « ni-ni » représentera 10% des vols long-courriers avec 10 appareils et 20% des vols moyen-courriers d’ici à 2020. Près d’un tiers des lignes desservies seront de nouvelles routes.

Seule inconnue du plan « Trust together », le « together » justement. Pas sûr que les différents syndicats d’Air France, et notamment ceux des personnels navigants qui seront les plus impactés soient d’accord. Pour l’instant, ces derniers ont pris acte du plan présenté ce jeudi matin en CE. Mais à quand la réaction ? On le saura sans doute très vite… La bataille d’Air « ni-ni » (très mauvais jeu de mot s’il en est, mais je n’ai pu y résister) entre les « classiques » syndicalistes et les « pragmatiques » ne fait que commencer…

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY