Air France pourrait disparaître…

Les actions d’Air France ont chuté de 14% en début de séance lundi, réagissant aux derniers événements de la compagnie aérienne en difficulté. Cette chute est intervenue après la démission du patron et des perspectives négatives du groupe franco-néerlandais. Depuis Janvier, Air-France KLM a cédé plus de 48% de sa capitalisation boursière !

Le gouvernement français n’interviendra pas

S’il est évident que le gouvernement ne peut ignorer ce qui se passe chez Air France ; il ne semble pas que les pouvoirs publics vont aider la compagnie aérienne.

Le ministre des finances, Bruno Le Maire, n’a pas hésité à dire qu’Air France pourrait « disparaître ».

Le ministre des finance français ajouté que « La survie d’Air France est dans la balance » et ajoutait : « l’État ne servirait pas de filet de sécurité pour les dettes de la compagnie aérienne ». L’état détient encore 14,3% du groupe Air France-KLM.

Des pertes importantes

Air France-KLM a enregistré une perte nette de 269 M€ au premier trimestre de l’année. Le groupe a déjà revu à la baisse ses prévisions de performance financière pour 2018. Les investisseurs ont déjà anticipé les mauvais résultats.

Une grève encore ce mardi 8 mai

Le 8 Mai est férié en France (C’est la date de deux événements historiques : la victoire des Alliés sur l’Allemagne nazie et la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe marquée par la capitulation de l’Allemagne). Air France aurait assuré ses vols à 80%.

Les vols long-courriers étaient assurés à 95%, les vols moyen-courriers assurés à 75% et les vols court-courriers à 80%. L’intersyndicale d’Air France s’est réunie mardi matin, pour trouver la ligne à adopter après la démission du PDG. Elle n’avait pas réussi à trouver de ligne commune lors d’une première réunion lundi soir.

Ce mardi, elle à demandé à la direction de la compagnie de reprendre les négociations salariales.

Cette dernière a refusé alors que l’intersyndicale avait suspendu ses mouvements de grève… Vont-elles reprendre ?

A suivre donc, mais le nouveau bras de fer entre syndicat et direction n’annonce rien de bon…

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY