Air France à la croisée des chemins

Air France, qui affronte une énième journée de grève jeudi prochain, n’a pas de réponse. Alors que la compagnie annonce 170 M€ de pertes depuis le début du mouvement social, les syndicats préviennent : seul un « geste » de la direction permettrait de lever « toutes les grèves, tout de suite ».

Lundi, un avion sur quatre était cloué au sol, au sixième épisode d’une grève pour les salaires lancée en février, selon un communiqué de la direction publié hier soir. Le taux de 75 % des vols assurés en moyenne est semblable à celui des quatre premiers jours de grève (22 février, 23 mars, 30 mars et 3 avril). Il était de 70 % samedi dernier 10pour la cinquième journée de mobilisation.

Le feuilleton des grèves à Air France (onze programmées entre le 22 février et le 24 avril) semble loin de son épilogue, en raison de désaccords persistants sur le fond (les revendications) et la forme (la méthode de négociation).

L’intersyndicale réclame une revalorisation des grilles de salaire de 6 % pour tous, à laquelle s’ajoute 4,7 % pour les pilotes. « Pas possible« , répond la direction, en arguant d’un équilibre financier encore fragile.

Toutes ses tentatives de sortie de crise ont échoué

A l’intersyndicale, elle a proposé de négocier un « mécanisme complémentaire d’ajustement salarial » pour ceux qui ont subi une perte de pouvoir d’achat depuis 2011, date de la dernière augmentation générale.

Mais elle n’est « pas capable » de donner le montant de l’enveloppe dédiée, soupire Jérôme Beaurain de SUD-Aérien. « Ils viennent en négociation les poches vides, sans mandat pour négocier« , dit-il. Avec les syndicats de pilotes, elle s’est montrée ouverte à des revalorisations salariales, mais à condition de négocier des contreparties… et de lever les préavis.

« Comment imaginer qu’on va lever la grève sans avoir rien du tout? », interroge Grégoire Aplincourt du Spaf, le deuxième syndicat de pilotes pour qui, si elle veut sortir du conflit, la direction doit d’abord « faire un geste ».

Dans ce cas, « on lève toutes les grèves, tout de suite« , promet-il. Et ensuite « on discute » des sujets que l’entreprise souhaite aborder, comme l’augmentation de la flotte d’avions de Transavia, la filiale low-cost.

Plus aucune confiance de part et d’autre

En somme, chaque camp redoute, en faisant le premier pas, de signer un chèque en blanc à la partie adverse, qui l’encaissera sans contrepartie.

« La direction ne nous fait pas confiance » pour parvenir à un accord postérieur, « c’est là que réside le conflit« , résume M. Aplincourt.

La guerre des nerfs se double d’une guerre des chiffres.

« Comment peut-on se permettre de laisser partir ainsi 100 M€ en fumée ? », s’est insurgé auprès de Libération le président du SNPL (syndicat de pilotes majoritaire), Philippe Evain, sachant que chaque jour de grève coûte 25 M€ en moyenne.

Il s’agit d’une perte sur une année, répond la direction, pour qui relever les grilles salariales de 6 % conduirait à enchérir les coûts de l’entreprise à hauteur de 240 M€ par an. L’augmentation réclamée « n’est pas possible » car elle « remettrait en cause les efforts » passés et empêcherait « de préparer l’avenir, c’est-à-dire d’acheter des avions, créer des emplois« , a développé le PDG d’Air France-KLM, Jean-Marc Janaillac (photo), vendredi dernier sur RTL.

Dans cette épreuve de force – et de communication -, aucun camp n’a pour l’heure proposé de trouver une voie médiane entre l’augmentation générale décidée en 2018 par la direction (0,6 % au 1er avril et 0,4 % au 1er octobre) et les 6 % exigés par l’intersyndicale.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY