Air Berlin laisse tomber Belair

La filiale suisse d’Air Berlin est à la recherche d’alternatives afin d’empêcher la fin de l’exploitation aérienne.

Un décision d’importance majeure est tombée à propos de l’avenir de la filiale helvétique d’Air Berlin, Belair. Déjà, les liaisons aériennes à vocation touristique entre la Suisse et les destinations balnéaires programmées n’avaient plus été assurées par Belair en été dernier. Selon des proches du dossier, le groupe a en effet décidé de confier les opérations au départ de Zurich à la nouvelle compagnie de vacances de Niki et Tuifly, laquelle volera vraisemblablement sous le nom de Niki.

Le programme estival déjà officialisé devrait donc être tenu. Cette information qui a circulé au sein d’Air Berlin en début de semaine a été transmise hier à Glattbrugg au personnel de Belair.

Mais le fait que Belair soit contrainte de suspendre ses opérations ä la fin mars n’est pas établi. Il semble que la direction et le conseil d’administration de la compagnie planchent sur plusieurs alternatives, y compris sur des mandats aériens extérieurs au groupe Etihad Airways/Air Berlin. Les places de travail des 285 collaborateurs de Belair sont en jeu – l’avenir de Belair doit être décidé dans les plus brefs délais, soit courant janvier.

Des mois durant, l’incertitude totale a plané sur l’avenir de la filiale helvétique au sein du groupe aérien remanié, Belair ne jouant aucun rôle dans la nouvelle constellation de vols de vacances réunissant Niki et Tuifly. 

On estimait pourtant à la fin 2016 qu’entre trois et quatre avions stationnés en Suisse auraient dû assurer des vols touristiques en été prochain.

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY