Aigle Azur : une catastrophe industrielle mal gérée

Déclaration de Jean-Pierre Mas, président des Entreprises du Voyage :

« Avant-hier, Aigle Azur avait programmé l’arrêt de tous ses vols, notamment vers l’Algérie, pour le 9 septembre, après le week-end. L’administrateur judiciaire de la compagnie a pris subitement hier soir la décision d’interrompre les vols dès ce soir (6 septembre). Il a donc sciemment trompé les passagers d’Aigle Azur et les agences de voyages : des milliers de passagers qui espéraient rentrer en France ce week-end resteront bloqués et devront racheter un billet… dans la mesure où ils trouveront de la place.

Cette décision est difficilement justifiable du fait, qu’aux dires d’Aigle Azur, plus de dix millions d’Euros de liquidités disponibles en Algérie auraient pu être partiellement utilisés pour assurer les vols du week-end.

Le CIRI et le Ministère de l’Economie, très impliqués dans le suivi de ce dossier, n’ont pas su imposer à l’administrateur judiciaire de respecter ses engagements et de poursuivre les vols au moins jusqu’au 9 septembre.

Cet arrêt brutal des vols, comme la gestion globale de ce dossier, est scandaleux : il met en difficulté des dizaines de milliers de passagers qui paient longtemps à l’avance leur voyage sans être assurés de pouvoir l’effectuer.

Les agences de voyage, mandataires de la compagnie, s’efforcent d’aider leurs clients. Elles ne disposent d’aucune garantie au cas de défaillance d’une compagnie aérienne alors qu’il leur est imposé de fournir de lourdes cautions bancaires aux mêmes compagnies aériennes.

Les Entreprises du Voyage demandent au nouveau secrétaire d’Etat aux Transports, Jean-Baptiste Djibbari, de défendre leur projet d’inscrire dans la loi LOM l’obligation pour les compagnies aériennes de disposer d’une garantie destinée aux professionnels et aux passagers au cas de défaillance.»

Position FNAM* – Rapatriement des passagers d’Aigle Azur

 

Mobilisation des compagnies aériennes françaises, membres de la FNAM

Suite à la réunion qui s’est tenue hier soir, vendredi 6 septembre 2019, avec Jean-Baptiste Djebbari, Secrétaire d’État aux Transports, les compagnies françaises, membres de la FNAM, se sont mobilisées, en coordination avec la DGAC (Direction Générale de l’Aviation Civile), pour recenser les avions disponibles et mettre des sièges à disposition des passagers d’Aigle Azur.

Air Caraïbes, Air France, Corsair et XL Airways, ont proposé des solutions de rapatriement aux autorités françaises, si cela devenait nécessaire. Ces compagnies ont décidé unanimement de le faire à prix coûtant.

Alain Battisti, Président de la FNAM, et l’ensemble des compagnies aériennes françaises, regrettent cette situation dont les conséquences pénalisent les passagers d’Aigle Azur, le personnel de la compagnie et leurs familles.

 

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY