Aida Prima: le dernier né de la société Aida

Ce 14 septembre, un beau bateau blanc de plus de 124.500 tonnes avait accroché ses cordes au port de Zeebruges. Visite guidée d’un géant des mers destiné à un public nordique, habitué aux vacances All In pour un prix abordable.

Des origines allemandes qui persistent

Propriétaire de 11 navires de tailles différentes, la société est la filiale allemande de la compagnie italienne Costa Croisières. Pour information, ce dernier appartient au leader mondial des croisières, la société Carnival Group. Son dernier navire, l’Aida Prima, a été construit en 2015 à Mitsubichi (Japon). Sa mise en service date d’avril 2016.

C’est dans un navire flambant neuf que nous avons pu découvrir des espaces très lumineux et ouverts, au design allemand prononcé. Les fans de la série Derick s’y retrouveront avec délectation. A vrai dire, l’intérieur de ce bateau pourrait avoir 10 ans que la chose ne nous aurait pas étonné. C’est un peu comme les Opel qui se renouvellent sans que l’on puisse réellement les différencier.

img_1996Sur le Quai, nous avons pu saluer un couple de pensionnés, déguisés en paysans flamands du siècle passé. Chargés de l’accueil folklorique des touristes, ils semblaient embêtés. Fou rire.

Enlacés de trois badges de sécurité autour du cou, nous avons découvert le bateau, direction les buffets.

Nourriture très typée composée de hareng et de choses auxquelles nous n’avions jamais habitué notre palais. Le personnel exclusivement philippin semble maîtriser l’art de la cuisine allemande avec talent.

Le vin servi dans le restaurant le plus populaire du navire (Markt Restaurant) est tout à fait correct et les pompes à bière déversent une pils de qualité. Les croisiéristes avaient l’air ravi. Un journaliste présent nota cependant que le jambon de parme trônant fièrement en haut du buffet s’était transformé en salami « Lidl » dans l’assiette. Pas faux…

Pour être tout à fait franc, les autres restaurants semblent très différents mais nous n’avons pas pu apprécier la cuisine. Généralement, seul le vin y est payant et les repas sont à la carte. Moyennant quelques dizaines d’euros à deux en supplément, un restaurant aux étages propose un menu gastronomique.

Tradition allemande oblige, une bière est brassée à bord avec de l’eau de mer. Lors de notre visite, un maître brasseur y préparait une bière foncée dans deux cuves professionnelles.

img_2007Des chambres tout à fait honnêtes

La surprise vient incontestablement des chambres. Certes, les moins onéreuses sont trop petites mais les chambres pour trois personnes avec balcon sont impeccables.

Disposant d’un dressing et d’une salle de bain correcte, l’extérieur est même équipée d’un hamac. Pour certaines chambres enfin, la moitié de la terrasse se transforme en véranda. Un espace supplémentaire appréciable. Les couloirs sont larges et la moquette est épaisse comme les tapis de sol d’une Mercedes classe S. Tout y est scrupuleusement propre.

La Croisière s’amuse

L’intérêt d’une croisière réside bien entendu dans son côté festif. Ici, les bars et boîtes de nuit se succèdent avec quelques belles réussites. Sponsorisé par Moët & Chandon, un espace propose de superbes bouteilles à des prix abordables.

Pour 145 €, il est possible de déguster une bouteille de Dom Pérignon à l’avant du bateau. Le design est surprenant et laisse croire que nous habitons une nana de Niki de Saint Phalle. Tout à l’arrière, se trouve un magnifique zinc qui propose des soirées à thème avec des spécialités propres aux pays accostés.

img_2008Côté piscine, nous sommes à vrai dire mitigé. Le revêtement du fond est déjà complètement abîmé, les prestations sont classiques et le grand toboggan manque d’emphase.

Nous ne pourrions être complet sans parler des jacuzzi adossés aux rambardes en verre du bateau. Simples mais efficaces, elles donnent l’impression d’être en surplomb de la mer, mais dans l’eau quand même. Une découverte des sens sans aucun doute.

La salle de spectacle est grande mais le design est douteux. L’atmosphère qui s’en dégage laisse penser à celui d’une grande galerie commerciale. Peut-être l’ambiance y est elle différente la nuit.

Pour un prix de départ de 754 € en haute saison et de 480 € en basse saison, le bateau voit là son atout majeur. Des prix forcément imbattables vu les possibilités proposées à bord. Un bateau qui s’adressera à un public privé des all in tunisiens mais pas seulement. Sans doute un navire idéal pour rencontrer le monde des croisières en famille.

 

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY