Aéroports : sources de contamination en général… et CDG, en particulier…

Nous savions déjà que les avions étaient souvent une source importante de contaminations. Plusieurs études avaient noté les endroits qui comportaient le plus de bactéries. Une nouvelle étude évoque les bactéries trouvées sur les poignées de porte des toilettes. CDG a enfin gagné une première place avec une bactérie assez rare.

En complément du stress, il faut être résistant pour prendre l’avion

Effectuer un voyage en avion est déjà une source de stress : est-ce qu’il y aura une grève ? Est-ce que mon vol sera retardé? Est-ce que mes bagages arriveront? Mais il y a une source de stress bien plus importante, notamment pour ceux qui ne sont pas résistants…

Des bactéries pathogènes trouvées dans les avions

De nombreuses bactéries pathogènes peuvent persister sur les surfaces dans les cabines d’avions commerciaux. Celles-ci peuvent résister pendant au moins une semaine.

microbes-tablettesOn trouve fréquemment des bactéries sur les accoudoirs, les boucles de la ceinture de sécurité, les poignées de portes de toilettes, les pochettes du siège devant vous et surtout sur les tablettes.

Cela ne va pas s’arranger car le personnel chargé du nettoyage a de moins en moins de temps pour rendre un avion bien propre.

Les aéroports sont également des sources de contamination

Selon l’excellente revue « Science et Avenir », l’’équipe de l’hôpital de Munster (Haut-Rhin), a décidé de tirer profit de chaque déplacement, professionnel ou privé, de son personnel pour étudier sur le terrain la dissémination des bactéries.

Il était trop difficile de parcourir tout un aéroport, donc les équipes se sont concentrées sur les poignées de portes des toilettes d’aéroport, censées être de véritables foyers microbiens. Ils ont tout de même fait un test sur 400 poignées de portes de toilettes dans 136 aéroports de 59 pays.

Un résultat publié dans une revue médicale importante

Le résultat du travail a été publié dans la revue Clinical Microbology and Infection (www.clinicalmicrobiologyandinfection.com). Au final, un staphylocoque doré a été retrouvé dans 5.5% des échantillons. A l’aéroport Charles de Gaulle à Paris, c’est même une souche multirésistante qui a été identifiée, une variante dite ST672-france_roissy_cdg_t2abcd_frMRSA-V, souche en provenance du continent indien, rarement observée ailleurs et donc importée.

Autre bactéries identifiées : du Stenotrophomonas maltophilia, de l’Acinetobacter Baumannii et du Pseudomonas aeruginosa. Bonne nouvelle, pas de trace d’entérocoques résistants à la vancomycine et à la b-lactamase !

Toujours davantage de taxes… mais pas plus de services

Les aéroports font payer au travers des compagnies aériennes des taxes aux passagers. Elles ne sont pas négligeables. Cela ne concerne pas seulement la sécurité mais un ensemble de services. Mais ceux-ci ne sont pas toujours au rendez-vous.

Si vous avez la chance de passer par l’aéroport de Singapour, vous verrez régulièrement du personnel chargé de l’entretien des toilettes et vous aurez l’occasion de noter la propreté des lieux. Ce n’est pas demain que vous trouverez ce genre de service sur Paris Charles de Gaulle.

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY