Aéroport Roissy-CDG : Vers une nouvelle taxe sur les billets d’avion?

Alors que les compagnies aériennes se plaignent d’être considérées par « Paris Aéroport » comme des « vaches à lait », le gouvernement français pourrait bien en rajouter une nouvelle dès 2017. Celle-ci permettra de financer la très coûteuse liaison ferroviaire « CDG Express ».

Cette taxe d’un peu plus de 1€ par billet d’avion en partance et à destination de Paris-Roissy devrait être mise en place « dès 2017 » révèle le journal Les Échos. Ce nouveau prélèvement permettrait de convaincre les banques et séduire un troisième partenaire, la SNCF et « Paris Aéroport » étant déjà associés dans ce projet de liaison rapide.

Ce projet de taxe qui traîne depuis « quelques années », pourrait rapporter entre 35 et 40 M€. Une goutte d’eau au regard du coût exorbitant du « CDG Express » estimé à 1,7 milliard d’euros. Celui-ci devrait être opérationnel à compter de 2023 et relierait en 20 minutes la gare de l’Est à l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle.

Les compagnies aériennes françaises pas d’accord  !

Dans un communiqué reçu ce jeudi à la rédaction, la Fédération Nationale de l’Aviation Marchande (FNAM) qui représente plus de 95% du secteur du transport aérien français (*) s’inquiète à juste titre sur le projet gouvernemental du « CDG Express » qui pourrait être financé en créant une taxe sur les passagers aériens dès 2017… soit 6 ans avant sa mise en service (horizon 2023).

Les passagers aériens n’étant pas disposés à payer plus cher les billets d’avion, cette taxe portera de fait sur les compagnies aériennes, sous forme de charges additionnelles impactant directement et plus particulièrement la marge des compagnies aériennes françaises basées en France. Ceci est en complète contradiction avec la recherche d’une meilleure compétitivité de la plateforme.

A l’heure où la capitale française est désertée par ses touristes étrangers, « CDG Express » est pourtant indispensable pour favoriser le tourisme. Mais avec un contexte actuel dégradé et des perspectives peu réjouissantes, les futurs investisseurs ne vont pas se presser d’investir… et les compagnies aériennes encore moins pour cracher au bassinet ! L’ouverture de la ligne en 2023 risque fort d’être repoussée aux calendes grecques….

 

(*) À propos de la FNAM
(Aigle Azur, Air Caraïbes, Air France, Chalair, Corsair International, HOP! Air France, Transavia, XL Airways) représentant plus de 100 000 emplois dont 72 000 emplois au sein des compagnies aériennes et 30 000 au sein de l’assistance en escale et des gestionnaires d’aéroports.

www.fnam.fr 

Voici également l’avis de la FNAM (n°662) lors de l’enquête publique sur le lien ci-dessous :  https://www.enquetepubliquecdgexpress.fr/p-liste-avis-page-5 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY