On a assisté, pendant quelques jours, à une série d’annonces de la part d’Airbus sur le possible arrêt de sa chaine de fabrication des A380. Il est difficile de croire qu’une société de cette envergure puisse faire du chantage à une grande compagnie aérienne comme Emirates. La compagnie émiratie ne veut pas perdre ses acquis. On sait par ailleurs que le président français aurait abordé un partenariat aéronautique avec le président chinois. Enfin, le concurrent américain avait un grand intérêt à voir stopper la fabrication des A380 tout comme le Concorde dans une autre période…

Des messages surprenants de la part d’Airbus

La presse internationale a relayé abondamment le fait qu’Airbus pourrait arrêter sa chaîne de fabrication de ses Airbus A380. Ce fut une sacrée campagne de communication qui n’aura pas coûté très cher. Selon les pays, c’était la triste fin de l’A380, c’était d’un autre côté, l’échec d’un programme mal conçu. On a du mal à croire qu’Airbus ait souhaité cette publicité peu positive. Mais alors qu’en est-il ?

Des accords très politiques

Emirates semblait peu disert sur un éventuel achat d’Airbus A380 depuis l’annonce de l’achat de 40 Boeing 787 Dreamliner lors du salon aéronautique de Dubaï. En fait la compagnie aérienne négociait âprement avec Airbus (mais également avec les autorités françaises) afin d’obtenir de nouvelles autorisations pour desservir la France. Dans tous les cas, il s’agit pour Dubaï de maintenir un bon équilibre politique entre américains et européens.

Une commande d’Emirates qui n’étonne pas les spécialistes

Emirates a signé un protocole d’accord pour acquérir jusqu’à 36 avions A380. Bien que l’engagement ne soit que de 20 A380s et 16 en option, l’accord est tout de même une bonne nouvelle pour le constructeur. La compagnie de Dubaï ne pouvait pas se permettre de voir Airbus stopper la fabrication du jumbo. Elle va devoir mettre sur le marché des appareils anciens et elle compte sur Airbus.

Emirates a su mettre en valeur l’A380

Si l’A380 a aidé Emirates dans son image de service et de luxe. C’est bien Emirates qui a permis à Airbus à poursuivre son programme sur cet appareil. Les passagers adorent cet avion surtout sur les classes affaires ou premières.

L’avantage énorme de l’A380 est son espace qui permet de personnaliser la cabine. Mais c’est également, une collaboration entre Emirates et Airbus afin d’améliorer sans cesse la technologie à bord. Les nouveaux A380 sont d’ailleurs moins gourmand en carburant.

Si l’A380 est largement encensé… les commandes restent faibles

L’A380 est le plus grand avion commercial au monde, avec deux ponts. Il vole 8.200 miles nautiques (15.200 kilomètres) sans escale et peut accueillir 575 passagers en 4 classes. Il peut être densifié sur certains axes car il a été certifié pour accueillir jusqu’à 850 passagers. Cependant, seuls 222 avions ont été livrés à 13 compagnies aériennes.

On peut ajouter environ 100 avions restant sur le carnet de commandes (hors le dernier protocole d’accord avec Emirates). La moitié des commandes vient de la compagnie émiratie. Une des raisons avancées par certains spécialistes serait la difficulté de revendre l’A380 sur le marché de l’occasion. C’est un élément financier très important.

La Chine est le marché le plus porteur pour les constructeurs d’avions

La Chine, déjà le deuxième plus grand marché de l’aviation au monde, devrait dépasser les Etats-Unis en 2024 selon IATA. Airbus s’attend à ce que le trafic de passagers en Chine augmente de 6,9% par an au cours des 20 prochaines années, bien au-dessus de la moyenne mondiale.

Le constructeur aéronautique prévoit que la Chine aura besoin de quelque 6.500 nouveaux avions à réaction et avions cargos d’ici à 2036. Le pays représente déjà environ 24% des livraisons d’Airbus.

Airbus doit accélérer ses lignes de production en Chine

Airbus aurait proposé d’augmenter la production de sa ligne d’assemblage de Tianjin, où elle produit quatre A320 monocouloirs par mois. Airbus pourrait passer bientôt à cinq par mois. Airbus a ouvert son usine de Tianjin en 2008 dans le cadre d’une joint-venture avec « China Aviation Industry Corporation ».

L’année dernière, le groupe européen a prolongé le partenariat avec un centre de finition et de livraison pour l’A330 à Tianjin, son premier centre hors d’Europe.

Les commandes des compagnies aériennes chinoises progressent.

La Chine ambitionne d’avoir sa propre industrie aérospatiale

La Chine a l’ambition de développer sa propre industrie aérospatiale pour affronter le duopole mondial d’Airbus et de Boeing. Avec son C919, la Chine veut défier l’A320 et le B737 sur le marché des moyen-courriers. Airbus serait tenter de proposer un partenariat industriel sur l’A380, si les compagnies chinoises s’engageaient sur un certain nombre d’appareils.

L’A380 pourrait être cohérent sur le territoire chinois

L’espace aérien commercial est relativement réduit en Chine. Cela occasionne de nombreux retards pour les compagnies aériennes. Lors d’une dernière étude les compagnies chinoises avaient plus de 40% de vols en retard. L’Airbus A380 densifié pourrait permettre de réduire le nombre de fréquences intérieures tout en transportant plus de passagers.

C’est le pari d’Airbus !

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY