A nos amis niçois…

Tout a déjà été dit sur l’indicible horreur de Nice, désormais, et sans surprise, revendiquée par Daech. Alors, nos pensées vont d’abord vers nos confrères et consœurs de Nice et de sa région, qui ont peut-être perdu un proche dans cette boucherie, à moins qu’ils n’en aient eux-mêmes été victimes. Car ceux qui travaillent dans le tourisme connaissent forcément au moins quelqu’un à Nice. Comme, naguère, à Paris puis à Bruxelles, chacun connaissait forcément quelqu’un parmi les victimes ou leurs proches.

Le terrorisme a ceci de fascinant, paradoxalement, qu’il recrée, ne fût-ce que l’espace de quelques jours, une communauté humaine, et donc solidaire, celle de ses victimes et, au-delà, de toutes celles et tous ceux qui conservent encore un reste d’humanité. Nous sommes tous Charlie, Bardo, Bataclan, Bruxelles, Nice. Et nous serons demain tout aussi solidaires des prochains martyrs de la liberté, de la démocratie, de notre style de vie, puisque c’est là le carburant de la haine qui anime ces fous.

Soyons, restons humains, ou ne soyons plus. Vivons profondément ce partage de la souffrance. Car avec lui nous vérifions que nous sommes restés humains dans ce monde qui l’est souvent si peu. Et nous entretenons ce qui manquait au misérable lâche dans ce camion. Le sentiment que les autres sont nos semblables et que rien ne peut leur arriver sans que nous soyons concernés*.

(*) Vous l’aimez ou non, mais ces mots magnifiques sont de Jean-Luc Mélenchon.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY