A l’Ascension, prenons de la hauteur !

© Atomium.be

Covid oblige, l’heure n’est pas encore au rendez-vous pour les voyages lointains. Le passage des frontières reste toujours le parcours du combattant et l’obligation de passer le fameux test PCR, une fois pour sortir et deux fois pour rentrer…vous connaissez déjà la chanson mieux que moi!

Que faire donc  ce week-end de 4 jours de l’Ascension avec nos 3 enfants ?

Nous avions réservé un bon hôtel près de Calais avec l’idée de passer quelques jours en roue libre le long du littoral de la Côte d’Opale, mais toutes ces contraintes sanitaires nous ont forcés à annuler ce projet. La Côte belge et les Ardennes étant prises d’assaut à chaque période de congés scolaires, nous avons opté pour une ou deux excursions d’une journée, histoire de se déconfiner un peu et de ne pas mourir idiot !

Les 3 enfants voulaient absolument visiter l’Atomium et nous avons directement réservé nos 5  entrées  via la nouvelle application « Get your Guide » simple et efficace. 

Nous avions réservé la visite pour midi, mais la file était déjà conséquente à cette heure et l’attente de près de 30 minutes. Mais le jeu en vaut la chandelle !

L’ Atomium, monument mondialement connu, fut érigé entre 1956 et 1958 à l’occasion de l’Exposition universelle de Bruxelles.

L’ingénieur André WATERKEYN, avec l’ aide des architectes André et Jean POLAK, conçut  ce projet titanesque pour l’époque : un cristal élémentaire de fer agrandi 165 milliards de fois. Composé de neuf boules de 18 m de diamètre et reliées entre elles par une vingtaine de tubes métalliques de 3m30 de diamètre.

Ce monument, entre sculpture et architecture, représente le courage et l’audace d’une époque désireuse d’opposer  les découvertes scientifiques et la destinée de l’humanité.

Depuis le hall d’accueil et la sphère inférieure, un ascenseur, le plus rapide d’Europe en 1958,  permet d’atteindre par le tube central le dernier étage à la vitesse de 5 m/s. 22 personnes peuvent prendre place dans la cage jusqu’au sommet en 23 secondes et d’où l’ on jouit d’un panorama extraordinaire sur 360°.

Pas besoin d’un drone aujourd’hui pour les vues aériennes! Cette sphère supérieure abrite un restaurant très réputé mais malheureusement fermé actuellement. Pas facile d’installer une terrasse à 100 m d’altitude et sur une surface arrondie…! 

Au début, l’Atomium était prévu pour une durée de 6 mois, le temps de l’Exposition Universelle, comme la plupart de ses pavillons voisins.

Mais vu l’engouement pour ce monument, désormais symbole de la capitale européenne,  sa démolition fut plusieurs fois reportée. Il fut finalement sauvé mais nécessitait une profonde rénovation qui intervient entre 2004 et 2006 pour un budget initial de 27 millions d’ euros.

Les revêtements extérieurs en aluminium étaient en piteux état. Ceux-ci furent remplacés par des plaques en acier inoxydable (Inox) tout en gardant le dessin initial des pièces originelles..

Un pavillon d’ accueil, conçu par l’architecte Christine CONIX, a été créé au niveau de la sphère inférieure dédiée à l’exposition permanente des années 50, à la construction de l’Atomium et à l’ Exposition Universelle de 58.

Des expositions temporaires sont régulièrement organisées dans l’une des 6 sphères accessibles au  public.

Une autre sphère est consacrée à l’organisation  de différentes animations: projection de films,conférences, fêtes et concerts. Une sixième sphère est dédiée aux enfants avec le déroulement d’ateliers de pédagogie urbaine (aussi fermée durant le confinement).

Nous devons aussi mentionner un superbe « Light Show » au niveau de plusieurs tubes et escalators. Basé sur le principe des projections laser et led, ce montage audiovisuel est impressionnant et unique.

Toute ma  petite famille a apprécié cette excursion décidée en dernière minute. Deux heures de découvertes et d’ enchantement! J’avais connu l’Expo 58, âgé alors de 9 ans, et je me suis rappelé les moments d’émerveillement tout au long de ma visite des pavillons étrangers et de l’Atomium à cette époque.

Comme je fus moi-même subjugué à cette époque, mes jumeaux, Jade et Justin, âgés eux aussi de 9 ans, ont été captivés  par cette visite. 

Il ne faut pas toujours voyager loin pour se dépayser et vivre des moments inoubliables!

Get your Guide !

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY