2020, l’année où le voyage s’est arrêté

2020 a été catastrophique pour les agences de voyage. Le chiffre d’affaires est tombé à 20% par rapport à 2019. Les aides d’État et les bons émis dans les premiers mois ont évité l’effondrement du secteur. La coopération avec les destinations a été essentielle.

Dans un bilan de l’année, ECTAA, l’Association européenne des agents de voyages et des voyagistes, a décrit 2020 comme l’année la plus catastrophique de l’histoire du voyage. Avec une moyenne de -80% du chiffre d’affaires, la valeur des activités atteindra à peine 40 milliards d’euros en 2020, contre 175 milliards d’euros en 2019.

Les déplacements ont été rendus impossibles en raison de la fermeture des frontières et par la suite non coordonnée, contradictoire et instable. restrictions de voyage, décourageant les clients potentiels de voyager et les agences de voyages à redémarrer.

7 milliards d’euros a rembourser par les compagnies aériennes

La crise de liquidité des prestataires de services (compagnies aériennes, hôtels, événements…) a été répercutée sur les voyagistes et les agences de voyages, qui à leur tour n’ont pas pu rembourser leurs clients et ont émis des bons. En décembre 2020, environ 7 milliards d’euros doivent encore être remboursés par les compagnies aériennes à la distribution indirecte.

En l’absence de ventes en raison des restrictions de voyage et des mesures sanitaires, de nombreuses entreprises ont été obligées de réduire leur personnel, en recourant à des régimes de chômage temporaire ou en licenciant du personnel. Quel bilan !

Que nous prépare l’année 2021 ? Pas du bon !

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY