2019, une année difficile pour Brussels Airlines

Marquée par une nouvelle orientation stratégique et le déploiement du plan de redressement « Reboot »

Dans un environnement extrêmement difficile, Brussels Airlines clôture l’exercice 2019 avec une perte de 40,6 M€ et un EBIT ajusté de -25,9 M€ (norme IFRS). La compagnie aérienne belge a enregistré une croissance de 1,7 % du nombre de passagers, pour atteindre un total de 10,2 millions de passagers.

Le seat load factor moyen en 2019 a été légèrement supérieur à 81 % (+0,52 p.p. par rapport à 2018), tandis que le nombre de vols opérés est resté stable par rapport à l’année précédente (+0,1 %).

Les résultats financiers de Brussels Airlines ont été largement influencés par la faillite de Thomas Cook Belgique en septembre de l’année dernière, ainsi que par des grèves de contrôleurs aériens en Belgique et à l’étranger, ce qui a eu un impact négatif au-delà des 12 millions d’euros sur le résultat net de la compagnie aérienne. En outre, le coût élevé du carburant a pesé sur les résultats financiers de la compagnie à hauteur de 14 M€.

Les faits marquants de 2019

Afin d’harmoniser davantage sa flotte et réduire son empreinte carbone, Brussels Airlines a investi, avec le soutien du Lufthansa Group, 140 M€ dans de nouveaux avions long-courriers et de nouvelles cabines long-courriers.

Au niveau de son positionnement au sein du Lufthansa Group, la compagnie aérienne a quitté le groupe Eurowings pour s’approcher davantage des Network Airlines du Lufthansa Group.

En parallèle, Brussels Airlines a commencé le déploiement de son programme de redressement « Reboot » qui vise une marge EBIT de 8% à partir de 2022 en réduisant sa structure de coûts, en revoyant les processus pour accroître l’efficacité et en remodelant son réseau.

Reboot – Assurer un avenir structurellement durable à l’entreprise à partir de 2022.

Dans un environnement de marché très concurrentiel et après de nombreuses années de croissance mais de rentabilité insuffisante, Brussels Airlines a décidé l’année dernière de se réorienter et de lancer le déploiement de son plan de redressement appelé Reboot.

Une équipe Reboot dédiée travaille sur plus de 100 projets qui abordent des sujets tels que la productivité, l’augmentation de l’efficacité, l’optimisation des coûts, la révision du réseau et le rapprochement de le Brussels Airlines des Network Airlines du Lufthansa Group.

Coronavirus – Conséquences de la propagation mondiale 

La propagation du coronavirus, les interdictions de vols associées et d’autres mesures restreignant la connectivité aérienne imposées par de nombreux pays à travers le monde ont déjà gravement et négativement affecté les vols de Brussels Airlines et ont obligé la compagnie à annoncer la suspension temporaire de ses vols réguliers pendant quatre semaines à compter du 21 mars 2020.

Le transporteur belge continuera cependant à maintenir une capacité de vol minimale pour les vols de rapatriement, à la demande du gouvernement belge.

Coronavirus – Mesures économiques visant à réduire l’impact financier négatif

En tant qu’employeur responsable, Brussels Airlines a pris des mesures rapides pour réduire l’impact financier négatif sur la compagnie. Outre la mise en place pour l’ensemble de la compagnie d’un régime temporaire de chômage technique de 30 % entre le 16 et le 20 mars, Brussels Airlines a décidé d’étendre cette mesure à 100 %, en accord avec la suspension temporaire de tous ses vols. Quelques exceptions au chômage temporaire complet seront faites pour couvrir les vols de rapatriement et pour organiser la reprise des opérations.

Le Management Board de Brussels Airlines a décidé, conjointement avec le Extended Management Board, de réduire son salaire pour les six prochains mois de respectivement 20% et 15%.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY