2016, « annus horibilis » pour le tourisme français ?

Selon la dernière étude du cabinet Protourisme, 27,6 millions de Français envisagent de partir en vacances cet été. Comparée à 2015, année faste s’il en est, c’est 1,3 million de moins. Mais selon les calculs du cabinet spécialisé en tourisme, si les Français seront moins nombreux à partir, ils dépenseront plus.

Interviewé sur la chaine BFM TV, Didier Arino ne manie pas la langue de bois. Chiffres à l’appui, le tourisme en France ne fait plus recette auprès des clientèles internationales, mais aussi, et c’est tout récent, des Français eux-mêmes. De quoi inquiéter toute la filière touristique française. « Les attentats ont coûté environ 400 M€ aux professionnels du tourisme. Et dans cette période difficile, blocage, grève et le risque de pénurie d’essence ont encore alourdi la facture de près de 100 M€ supplémentaires »

Résultat de cette image dégradée, les arrivées des clientèles long-courrier sont en forte baisse depuis le début de l’année. Malgré la courte embellie que devrait provoquer l’Euro de foot, les clientèles européennes manquent aussi à l’appel. Et comme un malheur n’arrive jamais, depuis quelques semaines, « on note une quasi-interruption des réservations des Français pour leurs séjours d’été dans l’Hexagone. » analyse Didier Arino.

Si les chiffres peuvent encore évoluer, « à un mois des vacances, la tendance est à la baisse ». Selon les calculs de Protourisme, sur 27,6 millions de partants (28,9 millions en 2015), 20,1 millions vont choisir la France (1,5 million de personnes en moins que l’été dernier), et 7,5 millions pour l’étranger. Surprise, le dernier sondage* révèle un taux d’intentions de départs à l’étranger bien plus important qu’en mars, date du dernier sondage.

Espagne, Italie, Portugal, le tiercé gagnant

« A l’évidence, le contexte social avec sa succession de grèves, blocages et manifestations a pesé » souligne le directeur de Protourisme. Selon lui, la désaffection de la France est surtout visible chez les familles à revenus moyens. la frange de la population qui a été la plus touchée par les désagréments liés aux mouvements sociaux.

Alors, dans quel pays iront les Français. Pour Didier Arino, l’Espagne est la première destination de vacances des déçus de la France cet été. Mais l’Italie et surtout le Portugal « en très forte progression » sont sur le podium. Mais le long-courrier tire aussi son épingle du jeu, en particulier l’Asie, les États-Unis ou encore Cuba. Alors qu’on est à la moitié de l’année 2016, les perspectives ne sont pas réjouissantes avec la baisse des marchés émetteurs internationaux à haute contribution comme la Chine, le Japon ou la Russie et la fuite des Français à l’étranger.

Seule bonne nouvelle dans ce tableau déprimant, le budget moyen consacré aux vacances d’été est en hausse de 73 € sur 2015 avec 1.346 € pour un séjour moyen de douze jours) contre 1.273 €. Seul bémol à cette hausse, mais de taille, l’étude révèle qu’elle est la résultante de la part plus importante des Français partants à l’étranger. 2016 sera-t-elle l’année où la France va perdre sa couronne de 1ère destination touristique mondiale ? Si la situation ne change pas, la France y va tout droit.

* L’étude a été effectuée entre le 22 mai et le 1er juin auprès de 2024 personne selon la méthode des quotas s

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY