Temple des Eléphants à Musawwarat es Sufra ©Dan Leleux

Nous avons rencontré récemment un grand voyageur belge qui revenait du Soudan. C’est suffisamment rare que pour exciter notre curiosité, et donc une rencontre fut fixée illico presto.

Un regard sur la carte

Cet ami commence par montrer une carte du pays sur son ordinateur, ce qui nous rappelle instantanément que l’ex plus grand pays d’Afrique fut divisé, en 2011, entre le Soudan et le Soudan du Sud. Un rapide coup, d’œil sur Wikipédia nous apprend que le Nord est musulman, et le Sud est plutôt animiste et chrétien.

Marché & Légume près de Karima ©Dan Leleux

Que le Nord possède d’immenses étendues cultivables (840.000 km², la Belgique représente 32.000 km² en tout !), et des raffineries, alors que le Sud possède 85% du pétrole de l’ancien Soudan. Voilà pour le portrait « physique ».

Un pays calme et bien organisé

L’aventurier comme le touriste moyen ne s’embarrasse pas tellement de politique, ce qu’il cherche et qu’il trouve le plus souvent, c’est l’art de vivre du pays qu’il visite. Le Soudan reconnaît deux langues officielles : l’arabe et l’anglais.

La constitution prône la liberté religieuse, mais en fait, c’est une charia souple qui est appliquée. Souple, parce que, par exemple, les femmes portent un léger voile mais qui ne cache ni le visage ni même les cheveux. La liberté de se promener est totale, et en toute sécurité.

Pas de mendicité dans les rues, lesquelles sont d’ailleurs larges, propres et parfaitement entretenues, au contraire de la plupart des pays d’Afrique.

Temple du Lion à Naqa ©Dan Leleux

La nourriture ? La température ?

Il y a quelques bons hôtels, la nourriture n’est pas très variée mais bonne. On mange énormément de légumes, et notre aventurier nous dit que dans son petit groupe de 8 personnes, aucune tourista ne s’est déclarée.

La bonne saison (sèche) va de novembre à avril. Il fait 20° le matin vers 6 heures, et une trentaine durant la journée. La température tombe à 15° la nuit. Le reste de l’année, c’est la saison des pluies, qui viennent gonfler les Nils.

Khartoum est en effet situé au confluent du Nil blanc et du Nil Bleu, le premier étant alimenté par le lac Albert et le second par le lac Tana en Ethiopie. Khartoum se situe tout au sud de la région qui est culturellement la plus intéressante, la province du Nord (Northern State).

Cimetière Royal de Moroë ©Dan Leleux

Il s’agit de l’ancienne Nubie, ou encore de l’empire de la Haute-Egypte qui a fourni plusieurs dynasties de pharaons. La région possède des milliers de vestiges, des centaines de pyramides.

Nous reviendrons d’ailleurs en détail sur un circuit tout à fait recommandable que vendra Africa Emotions.

Pour y arriver

On atteint Khartoum par avion (même si certains y arrivent d’Afrique du Sud en voiture, et sans encombres !), grâce aux compagnies Egyptair, Turkish Airlines, Qatar et Ethiopian. C’est cette dernière qui offre les meilleurs horaires.

Un visa est nécessaire, il s’obtient très rapidement à l’ambassade située avenue Franklin Roosevelt à Bruxelles. Il est conseillé d’être en ordre de vaccins. Pas un moustique en vue durant la saison sèche !

Nubia Guest House à Karima ©Dan Leleux

Pour vous mettre l’eau à la bouche

Disons avant de vous proposer un circuit tout à fait vendable, qu’il y a 3 zones de sites majeures au Soudan du Nord. La première est Soleb, entre les 2e et 3e cataractes. On y séjourne dans un camping bien fait, assez confortable, en attendant que l’hôtel local soit achevé.

La deuxième zone est celle de Karima, où l’on séjourne dans une confortable « guesthouse ». Enfin la 3e zone est celle de Meroë (mais attention, pas moins de 3 sites portent ce nom dans le pays). On parcourt en fait un triangle d’environ 300 km de côté, avec sa pointe à Khartoum, pour réaliser ce circuit.

Tombes Merotic proche du Jebel Barkal ©Dan Leleux

C’est peut-être à Karima qu’il faut rester le plus longtemps, tant les sites sont nombreux dans les environs ; par exemple le Djebel Barkal, montagne sacrée d’Amon-Râ.

Une population amicale

Pour le reste, nous avons vu des photos magnifiques, des ambiances très amicales au milieu d’une population souriante, qui sait faire la fête, tels les derviches qui dansent pour un nombreux public local, et pour les rares touristes à qui l’on réserve les meilleures places pour prendre des photos et pour filmer.

Toutes les photos jointes sont la propriété de Dan Leleux, notre aventurier, que nous remercions pour cette belle découverte !

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

1 COMMENTAIRE

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE