Un congrès de l’UPAV au-dessous du volcan

On pourrait même dire : un congrès de l’UPAV à marquer d’une pierre blanche, mais la roche volcanique est noire, au pied de l’Etna. Durant les jours qui viennent, nous allons essayer de faire la synthèse de tout ce qui s’est dit, et ce ne sera pas facile.

Commençons donc par les remarques générales : ce fut un très grand congrès !

Non seulement parce que l’organisation chapeautée par Fabienne Dumont, discrètement aidée sur place par un Toni Arioti très efficace, et orchestrée dans ses détails par Jean-Michel et son équipe, fut impeccable ; mais aussi parce que les 3 séminaires proposés étaient d’un haut niveau ; et last but not least parce que la 20160930_152436surprise fut la présence pour nous et rien que pour nous de Dirk Van Holsbeke, CEO de TUI, qui a préféré être présent au congrès de l’UPAV alors même qu’il y avait la présentation du re-branding de TUI à Antalya !

Pour une surprise, ce fut une surprise, et même s’il n’a pas convaincu tout le monde, il était là ! Signalons aussi la présence de Thomas Cook en la personne de Koen Vandenbossche.

Un costume présidentiel

Nous reviendrons longuement sur l’intervention sans langue de bois du CEO de TUI, pour tenter de la décrypter, comme nous ferons le résumé de chacun des séminaires, mais commençons par l’opinion du Président Benoit Dieu, très à l’aise cette année dans un « costume » qui lui va bien.

Signalons qu’il a lourdement insisté sur le travail de ses prédécesseurs, expliquant qu’il était différent, mais reconnaissant envers Jean-Philippe Cuvelier, Jean-Christophe Weiker et toute l’équipe précédente. Et pour couper court aux rumeurs, il fallait voir l’importance des délégations de Voyages Copine et de Service Voyages.

20161001_192957Dirk Van Hoslbeke nous a donné de l’importance

Pour Benoit Dieu, la présence de Dirk Van Holsbeke était évidemment LE message de ce congrès ; est-il venu nous annoncer la fin des GIE ? C’est une interprétation à considérer.

En tout état de cause, Van Holsbeke a donné de l’importance à l’UPAV, et il a compris que notre association était incontournable comme vecteur de communication avec le « trade ».

Il est venu dire clairement : je ne veux plus travailler avec les GIE, mais je veux travailler avec les agences. Il faudra en tirer les conclusions et en supporter les conséquences. Mais nous y reviendrons.

Positivons : le métier n’est pas mort !

Ce que Benoît retient surtout des séminaires et de la séance plénière, c’est que l’agence de voyages doit apporter plus que ce que le client en attend. Les séminaires ont démontré que le métier a de l’avenir, contrairement à ce qui se dit souvent, à la condition minimum que les packages des « majors » soient au moins accompagnés de services supplémentaires, d’une plus-value. L’agent de voyages doit redevenir un fabricant, sinon il disparaîtra : ceci était clairement sous-entendu dans le discours de TUI.

Les mercis de la fin

Benoît rappelle aussi dans son court mais dynamique discours de clôture (il va détester ce mot ! mais que dire d’autre ? ) que l’UPAV est faite de bénévoles qui travaillent dans l’intérêt de tous. Il dit aussi : lisez Info UPAV ! , sinon beaucoup de choses vous échapperont !

A commencer par l’UPAV Academy dont on reparlera ! Doit-on vous dire qu’il remercie les sponsors ? Et les chevilles ouvrières de ce congrès ? Et que Jean-Michel qui s’est toujours couché le dernier et levé le premier a eu droit à une standing ovation spontanée ? Tout cela avec une aisance… présidentielle ! La suite au prochain numéro.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

AUCUN COMMENTAIRE

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE