Trump pourrait coûter plus de 8 milliards au tourisme US

Global Data, compagnie spécialisée dans les données et les analyses en tout genre indique que l’année 2018 semble prometteuse en raison de flux touristiques croissant rapidement. Konstantina Boutsioukou, Consumer Analyst, souligne cependant: « Le fait que l’Espagne dépasse les USA dans la liste des pays les plus visités du monde, la communauté touristique mondiale a envoyé un message fort indiquant que les politiques séparatistes et discriminatoire peuvent avoir peuvent sérieusement freiner la croissance du secteur. »

En dépit de l’incertitude liée au référendum sur l’indépendance de la Catalogne et les attaques sur Barcelone et Cambrils d’août dernier, l’industrie touristique espagnole a démontré sa robustesse et affiche une forte croissance sur les 12 derniers mois.

Selon les chiffres de Global Data, les arrivées internationales en Espagne ont gagné 4,8%, passant de 75,6 millions en 2016 à 79,3 millions en 2017. Le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne sont les trois marchés émetteurs principaux, représentant 53% des arrivées.

New York City et Los Angeles s’en sortent mieux

Si les statistiques officielles de l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), les projections actuelles indiquent que les arrivées aux USA sont en recul à 72,9 millions en 2017 (contre 75,9 millions en 2016). On estime que ce déclin devrait coûter quelque £140 millions par semaine, soit £7,3 milliards par an (8,3 Mds €).

Toutefois, New York City et Los Angeles sont les villes américaines qui s’en tirent le mieux avec une hausse des arrivées de 2,1% pour la première et 2,2% pour la seconde. New York bénéficierait principalement d’une hausse du tourisme domestique et Los Angeles aurait vu grimper à la fois les arrivées domestiques et les arrivées en provenance de Chine.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

AUCUN COMMENTAIRE

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE