Travelport passe sous la coupe d’un fonds d’investissement vautour

Travelport sera restée quatre ans en bourse. D’ici quelques mois, la société passera sous le contrôle d’une importante société financière américaine pour environ 4 milliards d’euros. La transaction devrait être finalisée au deuxième trimestre 2019. Il faut s’attendre à quelques changements dans l’avenir…

Qui sont donc les nouveaux actionnaires ?

Elliott Management Corporation est une société américaine de gestion de placements. C’est également le plus grand fonds activiste au monde. Elle fait partie des sociétés de gestion du groupe phare des fonds spéculatifs américains.

Elliott Corporation a été créée par Paul Singer (photo ci-contre), qui est également directeur général de la société de gestion basée à New York.

Depuis sa création, Elliott a généré pour ses investisseurs un rendement annuel net de 14,6 %, contre 10,9 % pour l’indice S & P 500. Il gère désormais des actifs de plus de 34 milliards de dollars US. Elliott a été largement décrit comme un fonds vautour.

Le fonds d’investissement avait déjà pris position dans Travelport

La société sera entièrement détenue par Sirius Capital Group et Evergreen Coast Capital (appartenant à Elliott). Le fonds avait déjà pris une participation de 12 % dans l’entreprise plus tôt cette année, alimentant la spéculation selon laquelle elle chercherait à reprendre l’activité aux côtés d’autres partenaires de capital-investissement.

Travelport avait perdu cette année 25 % de sa valeur en bourse

Travelport indique que les actionnaires existants recevront 15,75 USD par action en espèces. Celle-ci atteignait 20 dollars l’action en juillet de cette année, mais a perdu près du quart de sa valeur depuis.

La société entre maintenant dans une période de « Go-shop » jusqu’au 23 janvier 2019, au cours de laquelle d’autres offres pourront être reçues avant la date de clôture de la transaction initiale.

Travelport se ballade de fonds en fonds et reste derrière ses concurrents

En 2006, le géant du capital-investissement Blackstone avait pris le contrôle majoritaire de la société Cendant dans le cadre d’un contrat de 4,3 milliards de dollars. Puis en 2014, la société a été mise en bourse et était évaluée à 1,9 milliard de dollars. Depuis lors, Travelport se situe derrière ses concurrents (Sabre et Amadeus) dans les domaines de la technologie de voyage et de la distribution.

Pour le moment pas de changement

Dans une lettre adressée aux clients de Travelport, Gordon Wilson, président de la société, a déclaré: « Tout d’abord, les activités se déroulent comme d’habitude chez Travelport. Il n’y a pas de changement immédiat en termes de priorités ni de mode de fonctionnement de notre entreprise. Les clients doivent s’attendre au même niveau de service auquel ils se sont habitués ».

Gordon Wilson est devenu président de Travelport en juin 2011 après avoir dirigé les divisions informatiques et distribution à la suite de la fusion de Worldspan et de Galileo.
Le siège de la société devrait à Langley, au Royaume-Uni.

Il y aura tout de même quelques changements

Si Travelport a bien progressé ces dernières années, on peut être quasi certain que le nouveau propriétaire va tout faire pour valoriser son investissement.

Il est très possible que certaines unités seront dissociées du groupe.

Par exemple, l’activité de paiement eNett de Travelport est devenue une division notable au cours des dernières années, générant un chiffre d’affaires de 86 M$ au troisième trimestre de 2018 (une augmentation de 58 % par rapport à l’année précédente). Cette division pourrait être largement valorisée.

Des questions se posent sur la partie GDS

Malgré de nombreux efforts, Travelport perd du terrain sur la partie GDS par rapport à ses concurrents. Il faut savoir que la société avait enregistré plus de réservations GDS au premier trimestre 2012 qu’au premier trimestre 2018. La part de marché de Travelport au niveau mondial est désormais a moins de 23 % alors qu’Amadeus est a 40 % et Sabre a 37 %.

Les désavantages d’échelle deviennent suffisamment aigus pour imposer un changement structurel. Un GDS avec moins de 20 % de part de marché est-il durable ? Les deux concurrents investissent massivement dans l’avenir de leurs activités tout en affichant des flux de trésorerie disponibles multipliés par 2,8 et 6 fois supérieurs à ceux de Travelport.

Les GDS diversifient leurs activités. Il est fort probable que si l’activité de réservation restera encore un des moteurs pendant encore quelques temps, il faut s’attendre a des changements stratégiques majeurs. Les nouvelles technologies (intelligence artificielle, blockchain … etc.) vont transformer les méthodes actuelles d’ici 4 ou 5 ans.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

AUCUN COMMENTAIRE

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE