Scandale autour du Boeing 737 Max

Il aura fallu deux accidents et 350 morts pour que l’administration américaine constate des défaillances incroyables dans la « Federal Aviation Administration » (FAA). Celle-ci était sensée certifier la sécurité du Boeing 737 Max. Une partie du travail aurait été réalisé par des employés de Boeing directement.

L’hypocrisie du président de Boeing

Un peu plus d’une semaine après le crash d’un Boeing 737 Max d’Ethiopian Airlines, le PDG du constructeur aéronautique, Dennis Muilenburg, a fait une déclaration aux passagers, aux compagnies aériennes et au monde de l’aviation.

Il exprimait sa tristesse face au second accident et l’engagement de l’entreprise à la sécurité. On attend bien plus d’un personnage aussi important.

Un engagement largement mis en doute

L’engagement de Boeing sur la sécurité a été mis en doute ces derniers jours en raison d’une multitude d’informations sur les problèmes liés à la conception, aux contrôles de sécurité et à l’introduction dans les flottes mondiales du 737 Max.

Le premier accident (Lion Air) a attiré l’attention des enquêteurs sur le nouveau système anti-décrochage dans l’avion. Quatre mois plus tard, c’est un deuxième accident (Ethiopian Airlines). Il y aurait de « nettes similitudes » avec le crash de Lion Air, mais ce n’est pas encore officiel.

La société Boeing a certifié elle-même

Pour rattraper Airbus, Boeing voulait faire certifier rapidement on nouveau 737 MAX. Les responsables de la FAA ont poussé les ingénieurs de l’agence à déléguer les évaluations de la sécurité à Boeing et à approuver rapidement les résultats.

La FAA a minimisé les risques sur le nouveau système de contrôle de vol, appelé MCAS qui est vraisemblablement responsable des accidents.

Un audit lancé par la secrétaire aux transports

La secrétaire aux transports des États-Unis, Elaine Chao, a officiellement demandé un audit de la FAA. Celui-ci est sensé améliorer le processus décisionnel du ministère. Par ailleurs, le département des transports a confirmé que son agence de surveillance examinera comment la FAA a certifié l’avion Boeing 737 Max.

Un nouveau patron pour la FAA

La Maison Blanche a annoncé mardi que Stephen Dickson était nommé à la tête de la FAA. Il était vice-président des opérations aériennes de Delta. Il a pris sa retraite le 1 er octobre, après 27 ans passés au service de la compagnie aérienne, notamment en pilotant le 737 et d’autres Boeing. Avant cela, il était pilote de l’armée de l’air.

Que va-t-il se passer maintenant ?

Les 737 MAX resteront bloqués pendant que Boeing serait en train de développer un « logiciel » qui éliminerait les problèmes potentiels. Boeing va devoir collaborer avec la FAA et les autorités internationales pour le certifier.

Le Canada a déjà indiqué vouloir effectuer sa propre certification du 737 MAX. Il devrait également y avoir une nouvelle formation MCAS que tous les pilotes du 737 MAX du monde suivront avant de piloter à nouveau.

Il y aura sûrement de nombreux procès

Après ces deux tragédies, il y aura probablement un certain nombre de procès. Les familles voudront à juste titre vouloir être indemnisées. Les compagnies ayant déjà ce type d’appareils dans leur flotte demanderont sûrement une indemnisation. Il y aurait environ 400 Boeing 737 Max déjà livrés.

Il faudra rassurer les voyageurs et les compagnies aériennes

L’administration américaine devra se pencher sérieusement sur la collusion entre la FAA et Boeing. Les agences de sécurité aériennes dans d’autres pays dans le monde vont devoir être plus attentives à la certification des appareils.

Pour Boeing, le 737 Max est vital. La société aurait déjà pris plus de 5 000 commandes. Boeing produit toujours une version plus ancienne du populaire 737, mais il prévoyait que le Max représenterait 90% des livraisons pour cette année.

 

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

Aucun commentaire

Laisser une réponse