Ryanair bientôt au régime sec ?

Ryanair va passer au crible « tous les aspects » de ses activités. Dans cette chasse au «gaspi», certaines lignes ou bases déficitaires pourraient être supprimées ou avec des engagements réduits. La low-cost irlandaise veut également renégocier ses contrats avec les aéroports et les fournisseurs. Tous ces scénarios sont évoqués dans une note interne de la compagnie à bas coûts qu’a pu se procurer l’agence Bloomberg.

Dans celle-ci, on peut lire que « Les temps sont durs pour les compagnies aériennes en Europe, avec plusieurs victimes cet hiver », affirme le directeur du personnel Eddie Wilson. Celui-ci fait allusion aux cinq compagnies qui ont disparu depuis mi-2018. « Ryanair est bâtie pour survivre à ce genre d’aléa, mais seulement si nous continuons à améliorer notre efficacité et à réduire les coûts. »

Parmi les mesures envisagées dans le document, l’engagement d’employés à temps partiel ou l’ouverture saisonnière de bases en haute saison.

Ryanair indique qu’elle se concertera dans les prochains mois avec les travailleurs et syndicats des pays potentiellement concernés.

La note interne a été envoyée après que la compagnie aérienne ait fait état en fin de semaine dernière d’un deuxième avertissement sur bénéfices en quatre mois. L’avertissement démontre la surcapacité en Europe, qui entraîne une forte pression sur les prix. Après la fuite sur la note interne, l’action de Ryanair prenait 4% lundi matin à la Bourse de Dublin. Elle était tombée vendredi, après l’avertissement sur bénéfice, à son plus bas niveau en quatre ans.

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY