Pourquoi une liste de « gilets jaunes » en France pourrait surtout tailler des croupières à l’extrême gauche et l’extrême droite

© CHRISTOPHE PETIT TESSON/BELGAIMAGE

La liste européenne des gilets jaunes ne fait pas que des heureux. Les uns crient à la récupération macroniste, d’autres pensent que c’est l’homme d’affaires Bernard Tapie qui est derrière cette liste européenne. Amid Faljaoui, notre chroniqueur, nous en dit plus.

Le mouvement des gilets jaunes n’a pas eu un immense impact en Belgique. Au nord du pays, certainement pas, car le mouvement est inconnu et a plutôt suscité l’incompréhension. Au sud du pays, il n’a pas pris la même force qu’en France, pour la simple raison que le taux de syndicalisation est plus fort en Wallonie qu’en France, et que donc la colère de la rue est davantage canalisée.

Et puis en Belgique, les distances sont moins grandes, et donc, ce divorce social et économique entre villes et campagnes est nettement moins fort qu’en France.

Mais aujourd’hui, en France aussi, il y a du changement avec l’annonce d’une liste « gilets jaunes » pour les élections européennes du 26 mai prochain.

Cette liste sera conduite par l’aide-soignante Ingrid Levavasseur mais à peine a-t-elle été constituée que tous les médias français se sont posé la question : à qui va profiter cette liste de « gilets jaunes » ?

La plus impactée serait la liste de Marine Le Pen, selon un sondage de BFMTV. Officiellement, Marine Le Pen n’en prend pas ombrage et avoue – du moins en public, que ce n’est jamais une mauvaise nouvelle quand la démocratie fonctionne. Mais Marine Le Pen a aussitôt ajouté qu’il fallait faire attention à éviter que cette liste de « gilets jaunes » ne soit récupérée par le pouvoir.

« Une liste des « gilets jaunes » pourrait surtout tailler des croupières à l’extrême gauche et l’extrême droite. Si c’est le cas, ce serait une nouvelle version de l’arroseur arrosé »

Le président du mouvement Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, craint lui aussi une récupération et lui voit l’ombre de l’homme d’affaires Bernard Tapie derrière cette liste.

D’autres gilets jaunes pensent que Ingrid Levavasseur a été récupérée par le gouvernement Macron. Et comme dans ce mouvement, on ne se fait pas de cadeaux, certains crient à l’entourloupe ou à l’enfumage macroniste.

D’autres disent carrément que la tête de liste a été achetée et parlent de trahison.

Mais heureusement, tout le monde n’a pas le même avis, et les commerçants français qui ont énormément souffert de cette contestation des « gilets jaunes » seront au contraire ravis de voir que le message des « gilets jaunes » retrouve une forme plus démocratique, via la constitution d’une liste et non pas via des violences.

Après tout, le suffrage universel, c’est toujours mieux que la violence urbaine. C’est une manière de pacifier ce mouvement.

Au fond, si cette liste prend de l’ampleur, elle confirmera le pronostic d’un des éditorialistes du Financial Times, à savoir qu’une liste des « gilets jaunes » va surtout tailler des croupières à l’extrême gauche et extrême droite. Si c’est le cas, ce serait une nouvelle version de l’arroseur arrosé.

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY