Pourquoi la télévision de papa, c’est fini, ou presque

Les chaînes de télévisions européennes sont sous la pression de Netflix. Une banque américaine leur prédit un avenir plutôt morose au fur et à mesure que Netflix (mais aussi d’autres concurrents comme You Tube, Amazon et Apple) leur volent des téléspectateurs. Sans oublier Google et Facebook qui détournent la publicité digitale à leur profit. Amid Faljaoui, notre chroniqueur éco, nous en dit plus sur la fin de la télévision de papa.

La télévision de papa, c’est fini, ou presque. Netflix, le géant de la vidéo en ligne est en train de tout avaler sur son passage. Mais il n’est pas le seul ogre affamé à sévir sur la planète télévision. Ses concurrents que sont You Tube, Amazon et demain Apple sont également en train de laminer jour après jour la télévision de papa.

Ce n’est pas moi qui le dit mais la banque américaine Morgan Stanley qui a consacré une étude de 50 pages sur l’avenir du secteur de la télévision en Europe.

Et le moins que l’on puisse dire est que la tonalité de cette note n’est pas optimiste. C’est simple, pour cette banque américaine, il ne faudra pas attendre plus de 5 ans avant de voir un affaiblissement important de la plupart des chaines de télévision en Europe.

Et d’ailleurs suite à la publication de cette étude, les cours de bourses de plusieurs groupes de télévision ont chuté en Bourse.

En fait, le raisonnement de la banque Morgan Stanley est assez simple. Elle a constaté que Netflix a ébranlé le marché américain de l’audiovisuel et il n’y a aucune raison selon elle que cela ne soit pas le cas en Europe. Selon Le Figaro, les économistes de la banque Morgan Stanley ont même identifié le moment de bascule.

« La télévision de papa, c’est fini, ou presque: Netflix et d’autres vont tout avaler sur leur passage »

Ce point de bascule est atteint lorsque 20% des foyers ont adopté Netflix. Dès que c’est le cas, l’étude de Morgan Stanley constate une baisse significative des revenus publicitaires des télévisions traditionnelles

Et c’est inquiétant, car déjà aujourd’hui, la télévision classique souffre de la concurrence des deux ogres du Net que sont Google et Facebook. Ces deux géants raflent l’essentiel de la publicité digitale et il ne reste souvent que des miettes pour les acteurs traditionnels.

En résumé, la publicité classique émigre vers le web mais c’est Google et Facebook qui en profitent. Comme si cela ne suffisait pas, d’autres acteurs comme Netflix, You Tube, Amazon et Apple viennent aussi piquer les téléspectateurs restants. Avouez qu’être patron d’une chaine de télévision dans ces conditions, ce n’est pas facile. Evidemment, les chaines de télé classiques ne restent pas les bras croisés face à ce rouleau compresseur. Mais le combat est assez inégal. La télé de demain risque fort de ne plus ressembler à celle que nous connaissons aujourd’hui.

C’est ce que le très célèbre économiste autrichien Schumpeter appelle la création destructrice. En clair, l’ancien monde cède le pas au nouveau, et cet accouchement d’un nouveau monde ne se fait jamais sans cris ni douleurs.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

AUCUN COMMENTAIRE

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE