Ces géants de la distribution qui veulent supprimer caisses et caissières

Amid Faljaoui revient sur l’affaire Carrefour en nous rappelant que les géants d’Internet et même les distributeurs physiques travaillent sur des concepts de supermarchés sans caisses et donc sans caissières. Ce concept-là existe déjà à Seattle aux États-Unis.

L’histoire est parfois ironique: la même semaine où le géant de la distribution Carrefour annonçait son plan de restructuration, Amazon faisait part de l’ouverture d’Amazon Go, une supérette sans caissières. Au-delà du hasard des annonces, c’est aussi la confirmation que demain, nous ferons nous courses hebdomadaires dans des supermarchés sans caisses et donc sans caissières. Pour le moment, ce genre d’annonce ne suscite pas trop d’intérêt, car bien souvent, il s’agit d’un cas isolé et généralement dans un pays lointain: ici, Amazon a en effet testé cette supérette sans caisses pendant un an à Seattle.

Pourtant ce serait une erreur de croire que c’est un cas isolé, car au moins 3 géants économiques sont en train de travailler sur des concepts sans caissières. Il y a Amazon, mais aussi son homologue chinois JD et Walmart, le plus grand distributeur physique de la planète et l’un des plus grands employeurs des États-Unis. Tous les trois pensent qu’à l’avenir, nous ne passerons plus par des caisses: nous partirons directement du magasin avec nos achats et serons débités plus tard sur notre carte bancaire.

Bien entendu, l’objectif principal de ces géants de la distribution, c’est moins de nous faire gagner du temps à la caisse que de réduire leur masse salariale! En pratique, la technologie mise en place fera appel à la reconnaissance faciale, à la reconnaissance d’images et de poids. Toute cette technologie sera intégrée aux paniers ou aux caddies qui seront donc en mesure de reconnaître les produits que l’on y placera. Ensuite, ce sont des logiciels qui créeront un panier virtuel et calculeront le montant à payer. Par ailleurs, ces technologies utiliseront aussi nos données personnelles, de la sorte, le supermarché dans lequel nous ferons nos courses pourra nous proposer des produits en promotion selon nous goûts et préférences.

Le plus avancé dans cette technologie, c’est le Chinois JD, l’équivalent d’Amazon en Chine, et il y a déjà 10.000 salariés de la firme qui font le test de cette technologie au sein de leur siège social à Pékin. À terme donc, l’emploi de caissière dans la distribution est plus ou moins condamné, un peu comme les guichetiers en banque. Ce sont des emplois amenés à disparaître ou à évoluer vers le conseil, mais encore faut-il aider les personnes en question à évoluer. C’est là le rôle primordial de l’entreprise et de l’État: faire en sorte que les accidentés du numérique ne soient pas abandonnés au bord de la route!

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

AUCUN COMMENTAIRE

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE