Le MSC Seaside à son arrivée à Trieste. (Photo: Mike Louagie)

L’ennui avec les bateaux de croisière, c’est qu’il faut toujours que le dernier construit soit plus beau que les précédents… Avec le Seaside, que MSC vient d’inaugurer, la règle est évidemment respectée : il s’agit probablement du plus beau navire jamais construit. Autant dire qu’on attend déjà le suivant avec impatience !

Cela ne saurait d’ailleurs tarder : son premier sistership, le MSC Seaview, entrera en service en juin prochain. Car les livraisons, chez MSC, se suivent à une cadence effrénée : à peine la Meravilgila mise à l’eau — c’était début juin : lire http://pagtour.info/msc-meraviglia-le-bateau-est-la-destination/ — que voici deux unités d’une nouvelle génération de navires, construits cette fois non plus à Saint Nazaire, mais aux chantiers Fincantieri de Montfalcone, non loin de Trieste, où l’inauguration du premier a eu lieu vendredi dernier.

Au plus près de la mer

Dès l’abord, on est saisi par l’originalité et l’élégance du bâtiment, auxquelles des designers italiens ne sont bien sûr pas étrangers…

Dans ses proportions : 323 mètres de long, mais 41 mètres de large, qui assurent une assise confortable à ses 17 ponts répartis sur une hauteur de 72 mètres.

Et pourtant, cette masse énorme dégage une impression de légèreté, du fait de sa poupe inclinée vers l’intérieur, à la manière, souvent, des yachts de croisière, à voile ou à moteur.

Du fait des très vastes plans horizontaux, au pont supérieur comme à l’arrière, des « attractions » regroupées au centre du navire, de la plus longue promenade jamais construite puisqu’elle fait le tour du bâtiment, de deux passerelles exceptionnelles, en verre, accessibles par deux ascenseurs panoramiques, et un « pont des soupirs » suspendu à 40 mètres de hauteur : tout est conçu dans ce bateau pour que les passagers soient en permanence au plus près de la mer.

Trois quarts de cabines avec balcon

Le design général du bateau évoque volontairement les résidences balnéaires, notamment de Floride où il sera basé. Près des trois quarts des cabines, et c’est une première, disposent d’un balcon. Mais les aménagements intérieurs donnent tout autant cette impression d’espace : ici, pas de mobilier inutile, ni de tableaux partout, mais une sobriété de bon goût.

Et ce n’est pas qu’une impression : chacun des 5.119 passagers dispose de plus de 10 m² d’espaces publics, sans compter la superficie de sa cabine, déjà largement supérieure à celle d’une chambre-type de la plupart des hôtels trois étoiles.

Les cabines ? 1.315 avec balcon, 11 cabines modulaires, 28 suites de luxe disposant de leur propre bain à bulles en terrasse privative et 14 « Grand suites », auxquelles s’ajoutent deux suites « Royales » avec bain privatif dans la zone « Yacht Club ». Située à l’avant du navire, celle-ci abrite 86 suites supérieures, aux finitions bois, et marbre dans les salles de bains, avec de grands écrans plats.

Pour les hôtes exigeants

Dédié aux hôtes les plus exigeants, « en quête d’exclusivité et d’intimité dans un monde de privilèges », le Yacht Club compte deux cabines de massages dédiées au MSC Aurea Spa, un restaurant exclusif de 630m², avec une carte raffinée proposant des plats élaborés avec les produits frais les plus authentiques ainsi qu’piscine privée et un solarium de 1.600 m² avec deux bains à remous. Il dispose de sa propre conciergerie, accessible 24 heures sur 24. Cette formule, inventée par MSC il y a quelques années déjà, séduit une clientèle de plus en plus nombreuse, et il est conseillé de réserver au moins huit mois à l’avance !

Les animations ne manquent pas à bord

Un terrain de sport et un aquapark avec jeux d’eau et quatre toboggans sont aménagés autour de la cheminée, ainsi que la plus longue « tyrolienne » en mer, qui permet de survoler le pont piscine sur une distance de 105 mètres. Pas moins de six espaces sont par ailleurs réservés aux enfants de tous âges.

Côté activités intérieures, le Seaside dispose d’une salle de spectacles de près de mille personnes, d’un vrai bowling, d’un simulateur de Formule 1 et d’un cinéma XD interactif.

De pas moins de 19 bars et salons, souvent thématiques, comme le bar des sports où l’on peut assister en direct aux compétitions sportives, et de 11 restaurants, dont deux élégants restaurants de cuisine internationale, le Seashore (photo ci-contre) et l’Ipanema, de 1670 et 1475 couverts, respectivement, un steakhouse, un restaurant de poissons et de fruits de mer, ainsi qu’un complexe de cuisine asiatique avec restaurant à la carte, un bar à sushi et quatre grills teppanyaki.

Il faut y ajouter un bistrot français où, après le pastis, on pourra déguster sur une nappe en Vichy saucisson et camembert avec un coup de gros rouge. Enfin, une attention toute particulière a été portée aux desserts et aux pâtisseries, ainsi qu’au chocolat.

Et, pour les amateurs de shopping, la présence de quelque 300 marques, à des prix inférieurs en moyenne de 15 % aux prix pratiqués à terre.

Le Seaside sera exploité à l’année sur le marché américain, avec des itinéraires combinables vers les Bahamas, la Jamaïque, les îles Caïmans, Porto Rico, Saint-Martin, Saint-Thomas, les îles Vierges ou encore Cozumel, au Mexique. Son frère jumeau, le Seaview, est prévu pour naviguer dès l’été prochain en Méditerranée.

(A suivre)

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

AUCUN COMMENTAIRE

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE