Dans les pays du Maghreb, le royaume chérifien fait figure d’exemple. Ceci n’empêche pas les critiques, liées à un tourisme pas assez innovant, trop classique. Le Ministre du tourisme marocain, Mohamed Sajid, déplore le manque d’investissements privés et publics.

Des chiffres en progression. Oui mais lesquels ?

Selon le Ministre, même si les recettes touristiques progressent (+5%), que les arrivées sont en hausse de 10 % et que les nuitées augmentent de 15%, ces chiffres sont loin de satisfaire les professionnels et les pouvoirs publics.

Pour le ministre du tourisme, les failles résident principalement dans les modèles de gouvernance et d’investissement. Ce constat remet en cause la feuille de route établie il y a 7 ans.

Alors que 16 Mds € avaient été débloqués, seuls 4 ont été utilisés

En ce qui concerne la gouvernance, il souhaite activer deux instances dormantes : le Conseil supérieur du tourisme et la Commission interministérielle du tourisme. La feuille de route actuelle comprenait un millier de projets. Parmi ceux-ci, seuls …44 d’entre eux ont été mis en application.

Le Fonds pour le développement économique et social n’a, de son côté, déboursé que 800 millions de dirhams sur les 5 milliards prévus.

Le ministre pointe enfin le secteur privé. Seuls 3 milliards d’euros ont été réellement investis alors qu’ils devraient être 4 fois plus importants à l’horizon 2020.

Source : Jeuneafrique.com

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

AUCUN COMMENTAIRE

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE