L’Italie, nouveau paradis fiscal pour les pensionnés européens

L’Italie est devenue récemment un paradis fiscal pour les retraités européens. S’ils acceptent de s’installer dans certaines régions de ce magnifique pays, ils ne paieront qu’un impôt de 7% sur leurs revenus de pensionnés. L’Italie imite dans ce sens le Portugal qui propose déjà ce genre de système.

Les malheurs des uns fait le bonheur des autres. Et en l’occurrence, les « autres » en Italie, ce sont les retraités des autres pays européens.

L’Italie ne va pas bien sur le plan économique. Les économistes savent que l’Italie est en récession technique. En mots simples, cela veut dire que durant deux trimestres consécutifs, la croissance italienne était négative. C’est évidemment un très mauvais signe pour la coalition en place au gouvernement car cela signifie que le déficit budgétaire va être encore plus élevé que prévu.

Parmi les mesures que ce gouvernement a prises pour renflouer les caisses de l’Etat, il y en une qui plaira à nos auditeurs pensionnés et amoureux de l’Italie. La Botte a fait passer dans le cadre de la loi de Finance 2019, un impôt très bas de seulement 7% à destination des retraités européens qui veulent s’installer dans une des villes de moins de 20.000 habitants des régions du Sud du pays, comme la Sicile, la Calabre, la Campanie, les Pouilles ou encore, la Sardaigne.

L’Italie ne veut pas seulement charmer les retraités,

elle cherche aussi à attirer les cerveaux européens.

Quand on parle d’un impôt de 7%, celui-ci porte sur les pensions et sur les revenus de source étrangère. En fait, cette mesure alléchante pour les amoureux de dolce vita n’est pas la première du genre.

Le Portugal a été le premier pays européen à avoir utilisé la même corde sensible à l’égard des pensionnés européens. Depuis 2013, les retraités étrangers, anciens salariés du privé, peuvent ainsi obtenir le statut fiscal de « résidents non habitues » au Portugal en vue de bénéficier d’une exonération d’impôt sur le revenu de leurs pensions de retraite pendant 10 ans !

Les retraités étrangers doivent toutefois respecter une condition majeure (parmi d’autres) pour bénéficier de cette retraite : ils doivent séjourner au Portugal au moins six mois par an. Au-delà du soleil et de la qualité de vie, c’est ce qui explique que ce pays soit devenu une destination à la mode pour les Français par exemple.

Quant à l’Italie, elle ne cherche pas seulement à charmer les retraités, elle cherche aussi à attirer les cerveaux européens. Bref, si vous êtes un chercheur, ne cherchez plus, vous pouvez désormais vous installer en Italie et vous aurez une réduction d’impôt de 90% sur vos revenus pendant 4 ans.

Bien entendu, après les personnes plus âgées et les chercheurs, l’Italie cherche aussi à attirer les personnes fortunées. Ces personnes qui ont de l’argent et acceptent de s’expatrier paieront un impôt plafonné à 100.000 euros sur leurs revenus de source étrangère pendant 15 ans. Comme quoi, les caisses vides d’un Etat servent parfois à transformer ce pays en paradis fiscal pour les étrangers.

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

Aucun commentaire

Laisser une réponse