Les agents de voyages et autres acteurs de l’industrie qui utilisent beaucoup Facebook pour leur mise en marché risquent d’être touchés négativement, cette année, alors que la plate-forme mettra en œuvre ses plans visant à réduire la portée des messages professionnels dans les fils de nouvelles de leurs utilisateurs.

Plus précisément, le réseau social a annoncé que la priorité sera désormais donnée aux contenus partagés par la famille et les amis, revenant aux origines de Facebook, en quelque sorte. Concrètement, les contenus ne devraient plus apparaître automatiquement sur le fil de l’internaute qui a « aimé » la page du média ou de la marque, mais seulement s’ils sont partagés activement par ses proches.

Aussitôt l’annonce de Facebook faite, les médias les plus dépendants aux réseaux sociaux et les publicitaires utilisant cette plate-forme pour augmenter la visibilité de leurs marques ont été identifiés comme les plus grands perdants du changement d’algorithme.

La plupart des experts estiment qu’une petite entreprise, comme une agence de voyages, atteint aujourd’hui moins de 10 % de ses abonnés via la plate-forme. Selon les nouvelles règles que Facebook est en train de mettre en place, cela pourrait encore diminuer.

PAYER POUR PLUS DE VISIBILITÉ?

Depuis quelques années, les experts en marketing des médias sociaux et les propriétaires d’agences de voyages disent que les ajustements continus de Facebook à ses algorithmes font en sorte qu’il est plus difficile pour les petites entreprises de tirer parti de la plate-forme, pour atteindre les clients et les nouveaux clients.

Selon le consultant en marketing des médias sociaux, Nick Borelli, la refonte de Facebook va pousser plus d’agents à payer pour être vus dans les fils de nouvelles. « Toutefois, il existe une alternative : être amis avec vos clients à partir de votre page personnelle et évaluer les stratégies de marketing d’influence », a déclaré le président de Borelli Strategies, cité par Travel Market Report.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

AUCUN COMMENTAIRE

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE