L’incroyable descente aux enfers d’Etihad

Etihad voulait sûrement avoir le même succès de sa voisine Emirates mais plus rapidement. Mais, on peut constater que la stratégie de son ex patron James Hogan aura été catastrophique pour la compagnie aérienne d’Abu Dhabi et surtout pour les compagnies aériennes dans lesquelles il aura fait investir quelques milliards … les ennuis ne sont pas finis…

James Hogan : tous les honneurs avant la chute

Compte tenu des moyens quasi illimité que lui offrait l’émirat, James Hogan, en juillet 2008, a signé l’une des plus importantes commandes d’avions de son histoire avec 205 appareils d’une valeur approximative de 43 Mds $ américains au prix catalogue.

Il a supervisé les acquisitions de participations minoritaires dans Air Berlin (29,21%), Air Seychelles (40%), Aer Lingus (2,97%), Virgin Australia (24,9%), Air Serbia (49%), Darwin Airline (33%), Jet Airways (24%) et Alitalia (49%). Hormis 2 ou 3 compagnies, ce fut un désastre. Hogan a tout de même été nommé officier de l’Ordre de l’Australie …

Deux grosses claques avec Alitalia et Air Berlin

Etihad n’a pas fini de payer pour ses ambitions européennes. La compagnie aérienne fait face à une action en justice des administrateurs du transporteur allemand en faillite, Air Berlin. Les documents récemment déposés au tribunal régional de Berlin révèlent que les administrateurs de la société réclament au moins 500 M€ de dommages et intérêts.

Depuis lors, le tribunal a provisoirement fixé à 2 Mds € la valeur du litige. Chez Alitalia, après avoir acquis 49% d’Alitalia, Etihad promettait de redonner de la fierté aux italiens. Près de trois ans plus tard, Elle n’a jamais été une entreprise compétitive et durablement rentable. Etihad n’a pu convaincre à la reprise après la faillite. Elle continue à voler avec la bienveillance du contribuable italien.

Aujourd’hui Etihad vire ses pilotes

Après avoir annuler une commande de dix appareils à Airbus, Etihad doit supprimer des dizaines d’emplois pour aider ses finances en difficulté. Etihad vient d’annoncer la suppression de 50 pilotes.

Dans une lettre aux employés, il a été noté que 2,4% des postes d’équipage avaient été supprimés à la fin. Etihad a annoncé une perte de 2 milliards de dollars en 2016 et de 1,5 milliard de dollars en 2017.

Une autre épine dans le pied avec Jet Airways

La situation est périlleuse pour Jet Airways. La compagnie aérienne a cruellement besoin d’argent. On pouvait croire qu’Etihad apporterait son aide mais il semble qu’elle aura renoncé malgré sa participation de près de 25%.

Le dernier coup porté à la compagnie aérienne vient de ses loueurs d’avions, qui envisageraient de les reprendre rapidement. Jet Airways étudie actuellement la possibilité d’engager des pourparlers avec le conglomérat du groupe indien Tata.

Emirates semble confirmer ne pas vouloir de fusion avec Etihad malgré la proximité des familles aux Emirats. On peut se poser quelques questions que Qatar Airways qui, grâce à l’argent du Qatar rachète des participations à tour de bras. Pour le moment, cela semble lui réussir.

Pour Etihad, cela aura été un grand gâchis ?

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY