Cette affirmation est de Tim Clark, le patron d’Emirates. Quand un patron de cette envergure évoque les nouvelles technologies. On l’écoute attentivement.

Il était déjà très remonté en 2017

Tim Clark évoquait l’année passée des systèmes de distribution mondiaux qui alimentent les agences de voyages dans le monde entier. Pendant des décennies, et à un coût non négligeable pour les compagnies aériennes, ils ont été le standard de l’industrie pour vendre des billets d’avion. Emirates a dû travailler avec les GDS jusqu’à présent.

« Nous ne pouvions rien faire à ce moment-là parce que nous n’avions pas la technologie à l’époque. Maintenant, nous mettons tout en œuvre pour nous passer des GDS. Un des moyens, est de créer une énorme quantité de produits et services en ligne qu’Emirates peut personnaliser et ensuite vendre directement ». Tim Clark assène le coup final « Je ne vois pas de place pour eux d’ici cinq ans ».

Les données et la technologie au cœur de l’activité

Cette année, le président d’Emirates Airlines, met en garde sur les changements dans les nouvelles technologies qui vont perturber l’industrie du transport aérien. Il déclarait, il y a quelques jours : « les compagnies aériennes doivent mettre les données et la technologie au centre de leurs activités ».

Pendant des années, le patron de la compagnie de Dubaï s’est distingué pour faire entrer son entreprise dans un paysage numérique moderne. Désormais, il va plus loin et évoque même la technologie de la blockchain.

Rebâtir l’organisation de la compagnie aérienne ou périr

Dans une de ses dernière intervention, Tim Clark a déclaré qu’une «tempête» attendait l’industrie aéronautique (entre autres) et que si les compagnies aériennes n’allaient pas vers ces nouvelles technologies et ces tendances numériques, elles «périraient». Tim Clark, aurait ajouté : « l’idée n’est pas d’utiliser une technologie de pointe pour accroître la façon dont vous faites vos affaires comme par exemple ajouter des revenus auxiliaires parce que ce n’est qu’une donnée ».

Les compagnies aériennes doivent déconstruire leurs activités en interne et les reconstruire sur des plates-formes numériques, ce qui implique d’inclure la technologie de pointe au cœur de l’activité. « Il n’y a pas de compromis sur les dépenses en technologie et en numérique. Les données sont la clé et si vous n’exploitez pas les données, vous allez périr »

L’intelligence artificielle ou la robotique entreront dans le secteur très rapidement

Dès 2015, le groupe Emirates avait annoncé qu’il se lancerait dans une stratégie de transformation, avec pour objectif de faire d’Emirates et dnata, des entreprises leaders en matière d’expérience de voyage et de services aux compagnies aériennes. Pour ce faire, la compagnie allait utiliser notamment de nouvelles technologies, allant du big data, l’analyse prédictive, l’intelligence artificielle, la robotique.

Il y a dans une compagnie aérienne de nombreux processus qui utiliseront ces technologies pour bénéficier d’une très haute efficacité. Celle-ci viendra par la simplification des tâches et la capacité à gérer en gérer davantage sans accroître les ressources.

« La Blockchain est une révolution dans une révolution »

Le patron d’Emirates a clairement fait savoir au cours des dernières années qu’il était passionné par l’avenir de la technologie blockchain. Bien qu’aujourd’hui, celle-ci était associée à des transactions impliquant des crypto-monnaies comme Bitcoin. « Cela va transformer tout ce que nous faisons et comment vous et moi interagissons les uns avec les autres et avec les choses autour de nous ».

IATA devrait s’y pencher et très vite

L’une de ces applications pourrait être autour de la chambre de compensation de l’association du transport aérien international (IATA), une plate-forme où les compagnies aériennes internationales règlent leurs factures en utilisant une variété de devises.

Un vétéran qui sait que l’aérien doit prendre un vrai virage

Tim Clark a expliqué qu’au milieu des années 2020 ou 2030, la prochaine génération de consommateurs aura été régulièrement exposée à des niveaux de technologie aussi élevés que la réalité augmentée, l’intelligence artificielle, les assistants vocaux … Le virage doit être pris rapidement faute d’être dépassé !

Il est rare d’entendre ce type de message de la part d’un patron de grande compagnie aérienne. Non ?

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

AUCUN COMMENTAIRE

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE