Nommé par le président Emmanuel Macron, l’animateur télé Stéphane Bern va recenser le patrimoine français à protéger mais devra également réfléchir à de nouvelles des sources de financement. Parmi celles phosphorées, faire payer les visites des cathédrales… On se moque de qui !

Selon les sources du ministère de la culture, ce serait 10.000 sites sur les 44.000 recensés en France qui auraient besoin d’une rénovation immédiate. Mais l’état français n’ayant plus d’argent, il faut trouver d’autres sources de financement pour pallier à sa carence… Enfin, vous verrez plus bas notre opinion…

C’est possible de « le faire avec un certain nombre de fondations internationales et de fonds qui sont prêts à m’aider ». Mais ce n’est pas tout. « On va sous doute lancer pour la première fois le « Loto patrimoine ». Un tirage et un grattage spécial. Le gagnant gagnera sa part habituelle (…), la part de l’État reviendra au patrimoine », explique Stéphane Bern au Huffington Post.

12 millions de visiteurs à Notre-Dame en 2016

Pour lui, une partie de la solution se trouve aussi dans le financement participatif pour lequel les Français sont plutôt favorables. Il s’inspire notamment de l’exemple du Royaume-Uni.

« L’argent sert à entretenir et restaurer tous les monuments gérés par l’English Heritage. En contrepartie, ses membres ont une carte pour visiter tous les monuments et avoir accès une fois par mois à un événement dans un de ces lieux. »

Stéphane Bern explique également qu’il faut « d’urgence faire payer l’entrée des cathédrales … A Londres, l’entrée à l’abbaye de Westminster est de 24 € ». Avec ses 12 millions de visiteurs estimés (*) en 2016 (13,6 millions en 2015), la cathédrale Notre-Dame de Paris est le monument le plus visité de la capitale. Elle devance le Sacré-cœur de Montmartre (10 millions).

(*) Pour estimer le nombre de visiteurs, on se base sur le nombre de cierges achetés auquel on applique un coefficient multiplicateur. Les voies du Seigneurs ne sont toujours explicables, mais parfois quantifiables (note de l’auteur qui eut en charge la gestion de l’Observatoire Régional du Tourisme en Île-de-France -ORTIF )

1789, Loi de 1905… gratuité d’accès aux établissements religieux

En reprenant les tarifs prohibitifs pratiqués par Westminster, Notre-Dame générerait alors un chiffre d’affaires annuel de 288 M€, le sacré-cœur 240 M€… Pas mal quand même… Si c’est le prix à payer pour sauver le patrimoine… Pourquoi pas ? Mais 24 € par personne, c’est très cher quand même pour une famille… Non ? Juste quelques réflexions en passant.

Depuis la Révolution Française, confirmée par la fameuse Loi de 1905 sur la séparation des églises et de l’état (qui a supprimé de ses budgets nationaux, départementaux et communaux, toutes dépenses relatives à l’exercice des cultes), les bâtiments religieux doivent se débrouiller tout seul mais rester accessibles gratuitement à la population (et aux visiteurs étrangers)…  Dura Lex, Sed Lex !

Heureusement, les mentalités ont changé depuis (merci Malraux). Aujourd’hui, c’est le ministère de la culture qui est en charge de la rénovation des monuments historiques… Deux questions : Connaissez-vous le budget du Ministère de la culture en France ? Et savez-vous quelle est la part qui est consacrée à la sauvegarde des monuments ? (**)

(**) Le budget 2017 du ministère de la culture est de 10 milliards d’euros (1,1 % du budget de l’État)… La part consacrée à la préservation du patrimoine est de … 3 % ! Faites le calcul… Il y a vraiment plus de sous ? Ou y a-t-il d’autres priorités ?

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

AUCUN COMMENTAIRE

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE