Les bus autonomes vont envahir les aéroports

Nous avions évoqué, l’année passée, l’introduction d’un bus autonome à l’aéroport de Bruxelles ( https://pagtour.info/les-navettes-autonomes-arrivent-lentement-en-belgique/ ). Aujourd’hui, c’est le Japon qui semble s’y mettre avec un peu de retard… Cela nous donne l’occasion d’évoquer l’image du pays actuellement…

Le Japon voit son image ternie actuellement

Il n’y a pas un média dans le monde qui n’ait pas évoqué l’affaire Carlos Ghosn et Nissan. La justice nippone semble vouloir faire craquer le président du conglomérat Renault. Tout cela avec l’appui incroyable du directeur de Nissan. Selon les médias, Carlos Ghosn serait dans une petite cellule éclairée 24/24 et aurait droit à trois bols de riz par jour.

Nous ne sommes pas spécialisés dans le droit japonais mais on peut s’étonner de la façon dont est traité une personne qui aura redressé Nissan et Renault en quelques années. On n’affirme pas bien sûr qu’il soit innocent sur le plan financier. C’est la manière de faire qui est surprenante, voire inquiétante pour les hommes d’affaires étrangers se rendant au Japon.

La compagnie japonaise ANA s’agite à Haneda

La compagnie japonaise All Nippon Airways (ANA) a annoncé la deuxième phase de ses essais d’un autobus autonome sans conducteur à l’aéroport de Tokyo Haneda. Selon la compagnie aérienne : « Ce bus autonome contribuera à faciliter le flux de trafic dans l’aéroport. Il va améliorer l’expérience de voyage des passagers. En plus d’améliorer la commodité, le bus autonome permettra également des déplacements plus sûrs à l’intérieur de l’aéroport. La poursuite des tests ira jusqu’à ce que la technologie atteigne notre niveau de sécurité élevé. »

ANA travaille avec des sociétés nippones (bien sûr)

ANA travaille à la mise en œuvre d’une technologie de conduite autonome en coopération avec Aichi Steel, SB Drive Corp, Advanced Smart Mobility Co Ltd, NIPPO CORPORATION et NEC Corporation. Les essais se limiteront à la zone d’accès restreint de l’aéroport de Haneda, où se trouvent des aéronefs et des véhicules de transport de marchandises.

Le bus autonome fonctionne à l’aide de marqueurs magnétiques intégrés au sol. Ceux-ci aideront à guider le bus le long de son itinéraire, tandis que des capteurs embarqués lui permettent de suivre ces traces, lui permettant de se déplacer même sans signal GPS. ANA prévoit de mettre les autobus en service à l’aéroport de 2020 et au-delà.

Nous verrons sûrement davantage de transports autonomes se mettre en place aussi bien dans les villes, les grandes entreprises, universités et peut-être même pour des liaisons « City – Airport ».

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

AUCUN COMMENTAIRE

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE