L’épopée du Canal de Suez, des pharaons au XXIème siècle

Exposition à Paris

Une nouvelle fois, l’Institut du Monde Arabe à Paris (IMA) nous donne à voir, jusqu’au 5 août prochain, une remarquable exposition sur l’histoire… pharaonique du Canal de Suez, connexion toujours au combien stratégique entre la mer Méditerranée (Port Saïd) et, quelque 140 km plus loin, Suez et l’accès à la mer rouge.

Le parcours de l’exposition s’ouvre avec l’inauguration de cet ouvrage le 17 novembre 1869 en présence non de Napoléon III, souffrant, mais de son épouse la rayonnante impératrice Eugénie, invitée d’honneur d’Ismaïl Pacha, vice-Roi d’Égypte, au même titre que l’Empereur d’Autriche-Hongrie François-Joseph.

Les travaux ont débuté en 1859 pour s’achever 10 ans plus tard, symbolisant l’entrée de l’Égypte dans la modernité et l’indépendance vis-à-vis de l’empire ottoman. Pour l’inauguration, pas moins de cent navires, occupés par des milliers d’invités venant de toute la planète, ont parcouru le nouveau Canal durant trois jours.

Dix ans de travaux mais aussi des dizaines de milliers de morts

Place ensuite à la genèse (époque des pharaons oblige) et à l’histoire du Canal, indissolublement lié à Ferdinand de Lesseps qui est autorisé, dès le milieu du 19ème siècle, à percer l’isthme de Suez, énorme chantier qui débutera le 24 avril 1859.

Un an plus tôt avait été fondée la Compagnie universelle du Canal de Suez dont l’Égypte détenait 44%. En 1875, les parts égyptiennes ont été reprises par les Britanniques qui occuperont le pays à partir de 1882.

Dix ans de travaux mais aussi des dizaines de milliers de morts sur un gigantesque chantier principalement creusé à ses débuts à main d’hommes ! Deux villes, le long du Canal, sortiront de terre a nihilo : Port-Saïd sur la Méditerranée et Ismaïlia, capitale administrative du Canal, à mi-distance entre les deux mers.

Peu à peu, le Canal devient un axe stratégique mondial de communication pour le commerce

La suite de l’histoire, plus contemporaine, est davantage connue : nationalisation du Canal en 1956 décidée inopinément par le néo-président égyptien Gamal Abdel Nasser, crise de 1956 (France-Grande Bretagne-Israël) et deux autres conflits, opposant l’Egypte à Israël, en 1967 (guerre des six-jours) et 1973 (guerre du Kippour).

Mais le Canal de Suez, malgré plusieurs fermetures, ne fera qu’être approfondi, élargi et modernisé jusqu’à son doublement partiel en 2015 décidé par l’actuel président de l’Égypte Abdel Fattah al-Sissi.

Véritable axe de développement futur de l’Égypte, le Canal de Suez devrait voir passer chaque jour une centaine de bateaux en 2022 (60 aujourd’hui). La fabuleuse histoire d’une voie d’eau mythique de 139 km qui, quelque part, est une composante majeure du développement économique mondial.

IMA,

www.imarabe.org

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

AUCUN COMMENTAIRE

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE