Le Sri Lanka a fait halte à Bruxelles

Grottes sacrées de Dambulla ©Hervé Ducruet

On peut dater de 2009 le véritable démarrage du tourisme au Sri Lanka, qui stagnait jusque là aux alentours du demi-million de visiteurs mais qui, en 2016, a franchi la barre des deux millions. Dans ces chiffres, les pays du Benelux comptent modestement pour quelque 70.000 entrées : c’est dire si le pays représente pour ceux-ci un intéressant et nouveau potentiel.

Une vingtaine de prestataires srilankais sont venus, jeudi dernier, lors d’un workshop au Métropole de Bruxelles, à la rencontre des agents de voyage belges qui, une fois de plus, ne se sont guère bousculés pour y participer.

Plage du Sri Lanka à Bentota ©Hervé Ducruet

Ils ont eu tort. Riche d’une histoire de 3.000 ans, façonnée par le bouddhisme et l’islam, héritier, aussi, des influences britannique, hollandaise et portugaise, de 26 parcs nationaux et d’une demi-douzaine de sites classés au Patrimoine de l’UNESCO, le Sri Lanka propose une nature paradisiaque, où l’on peut rencontrer les deux plus grands mammifères du monde, baleines et éléphants, au cours de la même journée.

Avec ses 1.340 kilomètres de plages propices au farniente comme à la plongée et aux autres sports nautiques, le Sri Lanka dispose aujourd’hui d’une offre hôtelière de haut niveau, à même d’héberger les touristes les plus exigeants.

Wedding tourism

Tout au long de l’année, le pays accueille nombre de festivals et est devenu aussi une destination préférée pour les couples qui viennent s’y marier. Avant — ou après — une cure de soins ayurvédiques, dont le pays a la spécialité.

Le Sri Lanka entend ainsi développer un tourisme de « niches », comme le wedding tourism, mais aussi le tourisme culinaire, qui promet de réserver de belles surprises.

On peut aussi y participer à un safari ou observer les oiseaux, survoler la savane en montgolfière, rejoindre Colombo depuis Kandy en train ou emprunter l’une des lignes ferroviaires qui sillonnent la région montagneuse et les plantations de thé du centre du pays.

Les trains de jour Intercity Express disposent même d’une première classe avec voitures panoramiques vitrées. Bref, un tourisme d’expériences, tel que le recherche de plus en plus la clientèle, notamment européenne, que le ministère du Tourisme est en mesure de proposer et d’organiser tant pour des groupes que pour des individuels.

Soulignons enfin que, selon Madubhani Perera, la directrice marketing du bureau de Promotion du tourisme du Sri Lanka, les incidents survenus ces dernières semaines dans le district de Kandy n’ont en rien impacté le tourisme.

Rappelons que l’état d’urgence a été décrété pendant 10 jours pour empêcher la propagation à d’autres parties du pays les émeutes entre bouddhistes et musulmans qui y étaient survenues.

Infos : www.srilanka.travel

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY