Le labyrinthe des surcharges des compagnies aériennes

Un véritable puzzle, mais surtout un questionnement sur la légalité des libellés de ces suppléments. Car la pratique est courante et le passager, souvent aveugle, ne se pose même plus de questions sur les taxes qui s’accumulent le prix de son billet. J’ai choisi un exemple avec une low cost canadienne: Westjet.

Pour un tronçon Montréal/ Vancouver one way, le tarif de base va subir quelques… modifications tarifaires… :

Fare : CAD 221 (146,2 €)

  • CAD 23 YQI other transportation charges     (15,2 €)
  • CAD 12,56 XG8 GST goods and services tax (8,5 €)
  • CAD 7,12 CA4 air traveller security charge   (4,7 €)
  • CAD 30 SQ airport improvement fee (AIF)   (19,85 €)
  • CAD 1,50 XG9 GST goods and services tax  (0,99 €)
  • CAD 2,99 XQ4                                           (1,98 €)
  • CAD 25,05 XQ5                                         (16,6 €)

TOTAL FARE CAD 323,22 (213,7 €)

On passe quand même de 146,2 € à 213,7 €… Plus de 67 € de taxes pour un One Way soit 46 % du prix du billet…

Nonobstant les libellés non expliqués tels que XQ4 et XQ5, je relève 2 « goods and services tax ». Pourquoi ? Mystère.

Je relève aussi un « Airport improvement fee », pour moi c’est une première, qui donnera peut-être des idées à d’autres aéroports. Il manque encore pour le fun…un SYNDICATE Fee, ou un High season fee, ou un Santa Claus fee…etc…

Restons sérieux, une transparence et un contrôle sont nécessaires dans l’intérêt des consommateurs. C’est une bataille perdue d’avance… pour l’instant. Mais en attendant, ça fait le beurre des avocats, bureaux juridiques et autres sites du web spécialisés dans les réclamations des passagers aériens.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

AUCUN COMMENTAIRE

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE