L’ASFC se défend de faire du profilage racial

Par voie de communiqué, l’Agence des services frontaliers du Canada a vigoureusement répliqué à un reportage de la chaîne CTV qui laissait entendre que l’Agence s’adonne au profilage racial. Le président de l’ASFC, John Ossowski, qualifie de « trompeuse et superficielle » l’interprétation des statistiques obtenues par le journaliste Glen McGregor.

Selon M. Ossowski, le reportage laisse entendre que les voyageurs provenant de certains pays ou ayant des origines ethniques particulières font l’objet de profilage par les agents de l’ASFC. «Rien n’est plus faux. L’ASFC ne fait aucun profilage racial», assure-t-il.

Basé sur une demande d’accès à l’information, le reportage en cause a été diffusé le 30 mai. Il s’intitule Air travellers from Middle East, Africa, Caribbean more likely to face secondary inspection: CBSA [Les voyageurs du mode aérien en provenance du Moyen-Orient, de l’Afrique et des Caraïbes sont plus nombreux à faire l’objet de renvois au secondaire].

John Ossowski réfute toutefois que des voyageurs arrivant au Canada soient assujettis à une vérification supplémentaire en raison de leur citoyenneté ou de leur origine ethnique. « En fait, toutes les personnes qui cherchent à entrer au pays, y compris les citoyens canadiens, doivent respecter les mêmes lois et règlements, peu importe leur nationalité, leur origine ethnique ou leur genre », dit-il.

« Aucun voyageur arrivant au Canada n’est jugé interdit
de territoire ni assujetti à une vérification supplémentaire en raison
de sa citoyenneté ou de son origine ethnique. »

« Les renvois à l’examen secondaire font partie du processus frontalier de voyage et ne devraient pas être perçus comme une accusation d’inconduite », précise-t-il. M. Ossowski indique néanmoins que les personnes qui estiment avoir fait l’objet de profilage ou avoir été maltraitées de quelque façon par l’ASFC peuvent s’adresser à un superviseur ou présenter une plainte.

Du même souffle, il rappelle que l’ASFC a traité près de 95 millions de voyageurs en 2017, précisant que « seulement 2401 d’entre eux (soit bien moins qu’un pour cent) ont présenté une plainte quelconque ». Cela dit, toutes les plaintes sont prises au sérieux et font l’objet d’une enquête immédiate et exhaustive, après quoi l’Agence prend les mesures appropriées, assure-t-il.

« Les hommes et les femmes de l’ASFC sont bien formés. Pour traiter les millions de voyageurs internationaux dans tous les modes de transport, nos agents accordent toujours la plus grande importance à la sécurité. Les Canadiens et les visiteurs peuvent être certains que l’ASFC respecte l’ensemble des lois et des règlements du Canada », conclut le président de l’ASFC.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

AUCUN COMMENTAIRE

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE