La Zwanze, burlesque et canular

Musée Félicien Rops à Namur

C’est donc dans les salles d’un musée de la Province de Namur, au plein-cœur de cette ville, qu’une remarquable exposition, doublée par un catalogue de très belle facture, met à l’honneur la « Zwanze ».

Une forme d’humour potache, tirée d’un mot typiquement bruxellois, dont certains artistes ont été de grands adeptes tout au long du 19ème siècle.

Parmi ceux-ci, Louis-Joseph Ghémar, incontestable roi de la zwanze


6.Louis-Joseph-GhÇmar-Inauguration-du-bocal-des-fräres-GhÇmar-1862-lithographie-40-x-50-cm.-Collection-Vandevelde

Ce français du nord s’installe à Bruxelles en 1836 où il devient, vingt ans plus tard, le photographe officiel de la famille royale de Belgique.

Ghémar, curieux de tout, évoluera de la lithographie à la photographie , exellant dans la caricature comme son cadet de 14 ans Félicien Rops.

Zwanzeur comme Ghémar, Rops utilise la raillerie pour expliquer sa vison de la société et critiquer, voire se moquer, des puissants.

Ghémar et Rops avaient pour ami commun Nadar et à trois, ils vont beaucoup s’amuser à faire des farces, des canulars, sans jamais cacher certains engagements politiques.

4. Louis-Joseph Ghémar, Dans l’atelier, la pose du modèle, ca. 1885, huile sur toile, 137, 5 x 61,5 cm. Lille, Palais des Beaux-Arts, inv. P 1897

Une forme de fête permanente associant des avocats, des fonctionnaires et parfois des politiciens qui aiment à siffloter en public des chansons comiques et parfois grivoises.

A l’époque, un passe-temps artistique bien éloigné de nos pratiques actuelles en matière de loisir.

A travers dessins, lithographies, textes, photos, peintures et objets divers, l’exposition du Musée Rops nous replonge dans une époque, une manière de vivre, certaines formes de dérision avant l’apocalypse de 1914 !

Une plongée dans le temps bien réjouissante jusqu’au 17 février 2019 .

Info pratiques :

www.museerops.be

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

AUCUN COMMENTAIRE

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE