La semaine de l’Enquiquineur

Une semaine où les États sont concernés, soit par leur interventionnisme, soit par un relent de nationalisme, soit encore par leur immobilisme : les mots en isme (comme priapisme, par exemple) désignent toujours des exagérations.

Dans Express.be du 4/6

Les Chinois ont maintenant une espérance de vie en bonne santé plus longue que les Américains

C’est un rapport de l’OMS qui le dit : les bébés chinois peuvent espérer vivre en bonne santé jusqu’à 68,7 ans, alors que les petits américains tomberont malade deux mois plus tôt, en moyenne. Il y a quelques indications ou suppositions à tirer d’un tel constat. La première, c’est que la pollution atmosphérique n’est pas du tout dramatique pour la santé, au contraire !

La deuxième, c’est que la médecine chinoise est sans doute bien plus efficace que l’américaine : l’une pique dans les nerfs, l’autre pique au portefeuille. Et finalement, on peut dire que les Chinois meurent en meilleure santé que les Américains. Profitons donc de la nouvelle ligne Brussels South Charleroi- Hong Kong pour aller respirer la santé !

Dans PNC Contact du 4/6 :

Air France – KLM, l’État pourrait vendre

L’info a fait le buzz la semaine dernière : Accor se serait déclaré intéressé par les quelques 17% que l’Etat français détient encore dans Air France. Ici aussi, on peut faire deux suppositions. La première, c’est que le groupe Accor a diffusé sur les marchés boursiers une info tendant à montrer qu’il a beaucoup d’argent ; même si un dirigeant du groupe a plus ou moins démenti l’intérêt quelques jours plus tard, le coup est joli.

La deuxième remarque tient à l’Europe, celle des puissants contre celle des faibles. Les puissants ne sont que deux : la France et l’Allemagne. On dirait que ces deux-là peuvent tout se permettre. Il y a longtemps que l’Europe a obligé les États à se retirer du capital de leurs compagnies aériennes ; certains pays ont même reçu des blâmes, suivis d’amendes, et de lourdes contraintes. Mais l’État français (et dans une moindre mesure l’italien) fait ce qu’il veut, et personne ne dit rien. Il en est toujours à ce fameux « droit du pavillon » qui faisait des compagnies aériennes des symboles nationaux, intouchables, prestigieux. C’est ce que certains pilotes d’Air France n’ont pas encore compris…

Dans PagTour N° 3001

CP : La renaissance de Cefalù, un resort mythique pour Club Med

En Italie, la séparation de l’Église et de l’État ne date pas d’hier, mais le pouvoir de la première est encore incroyablement grand ! Ainsi, sur la photo officielle de l’inauguration du nouveau Club Med de Cefalù, parmi les grands représentants locaux, au premier rang derrière le ruban tricolore, on voit un cardinal replet, et franchement on se demande bien ce qu’il fait là.

Nous ne lui contesterons pas le droit de prendre quelques jours de vacances, mais bon, le Club Med, c’est peut-être un peu olé-olé pour un cardinal, qui a plus l’habitude de fréquenter les folles de messes que les molles de fesses.

Dans Trends-Tendances du 5/6 :

Les déclarations de Carsten Spohr

Carsten Spohr, le patron de Lufthansa, ne fait pas spécialement dans la dentelle. A propos de Brussels Airlines, il a déclaré : « Je dis toujours aux syndicats: vous faites ce que vous voulez, mais la compagnie ne grandira que si les résultats suivent. Jusqu’ici les chiffres de Brussels Airlines sont insuffisants pour recevoir de nouveaux avions » (Source Libre Belgique).

Et il ajoute : « de toute façon, Brussels Airlines est trop petite pour pouvoir survivre toute seule » et « devrait favoriser son intégration dans Eurowings ». « C’est dans son intérêt. Lufthansa ou Eurowings n’ont pas besoin de synergies, Brussels Airlines bien. Elle doit agrandir sa marge, et alors, comme pour Swiss, on lui permettra d’acheter de nouveaux avions », ajoute-t-il.

On a l’impression d’un papa Noël qui ne distribuera ses jouets qu’aux enfants sages. Comme s’il n’y avait que « recevoir de nouveaux avions » en jeu ! Il tente de faire croire que LH a racheté SNBA pour faire plaisir aux Belges, que LH n’a pas besoin de SNBA –ce qui est vrai, sans doute. Mais alors pourquoi l’avoir achetée ? Il ne parle en tout cas pas comme ça à ses propres délégués du personnel. On vous le disait : la France et l’Allemagne, les deux anciennes « nations », n’arrivent pas à se détacher d’un certain nationalisme, très paternaliste.

Dans PagTour N° 3003

Spirou, le nouveau parc d’attraction en Paca ouvre en juin

Doit-on être fier que ce produit né à Charleroi soit sublimé grâce à un parc d’attraction dans le midi de la France ? Ou doit-on au contraire regretter une fois de plus notre incapacité à faire de grandes réalisations ? J’ai beau être un enquiquineur, je penche pour la fierté. Chez nous, il faut bien reconnaître que si nous avions eu cette ambition, il aurait fallu trouver un lieu.

Dans un pays aussi peuplé, ce n’est pas facile. Il aurait surtout fallu y assurer la mobilité, ce que nous sommes foncièrement incapables de faire. Il aurait aussi fallu tout faire en deux langues : le Parc Spirou et le Parc Robbedoes (c’est son nom en flamand).

Alors, si la France nous prend encore l’un de nos fleurons, ne pleurons pas, soyons au contraire fiers qu’elle y mette les moyens nécessaires. Le Belge n’est nationaliste que pour son équipe de foot, c’est bien connu. Spirou a donc demandé la nationalité française, mais jamais les Français ne sauront ce que ce nom signifie, na !

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

AUCUN COMMENTAIRE

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE