La Réunion fait son (road)show

Depuis quelques années déjà, l’île de la Réunion met le paquet pour attirer les touristes : importants stands dans les foires et publicité tous azimuts. En ce qui concerne l’État belge, l’office du tourisme basé à Paris reçoit un budget qui lui permet de se déplacer dans une ville par an. Cette année, c’est Liège qui a été choisie, plutôt que Bruxelles où se passent déjà tant de choses.

Pour tous les clients qui ne parlent que le français, c’est la destination rêvée : la Réunion est un département d’Outre-Mer, c’est donc la France, administrée comme telle, où non seulement on parle français, mais où l’on paie en Euros. Avec un tout petit décalage horaire, le dépaysement ne sera dû qu’aux paysages et au climat.

Contrairement à sa voisine l’ile Maurice, la Réunion n’est pas une destination « plages », même si elle dispose de quelques accès à la mer, avec ou sans sable. Le charme de la destination réside dans ses volcans, ses cascades et dans la luxuriance de sa végétation.

En se promenant, on peut à coup sûr rencontrer l’un ou l’autre caméléon et des petits lézards très colorés, appelés localement « margouillats ». Un public jeune et sportif trouvera largement de quoi faire là-bas, ce qui ne veut pas dire qu’un public plus âgé ne s’amusera pas : chacun peut s’activer à son rythme et selon ses aptitudes physiques.

La cuisine réunionnaise est une cuisine créole, pas nécessairement très épicée, qui utilise beaucoup un ingrédient dont on parle énormément de nos jours pour ses qualités diététiques : le curcuma. Comme partout où l’on cultive la canne à sucre, on y fait du rhum, mais il faut aussi signaler la culture de la vanille. Il y a des maisons où l’on explique le processus de fabrication. Celui qui a reçu toutes les explications, a compris pourquoi la vanille est une denrée chère.

Pas de mastodonte hôtelier sur l’île

Plusieurs hôteliers avaient fait le déplacement.

C’est ainsi que les agents de voyages qui avaient répondu à l’invitation ont pu se rendre compte qu’au-delà des hôtels qui sont déjà connus par le biais des TO spécialisés, il y a une nouvelle hôtellerie qui s’établit avec des nouveaux concepts : hôtel écologique (20 chambres à St Gilles « Le Grand Bleu »), hôtel résidence, cad chambre avec kitchenette (84 chambres, le « Ness » n’ouvrira ses portes qu’en décembre.)

Pour l’instant, on ne parle pas de mastodontes de plusieurs centaines de chambres qui font du all in, ce qui par conséquent ne fait pas vivre l’économie locale. Et c’est tant mieux.

Comme c’est souvent le cas, la fin de la soirée s’est soldée par un tirage au sort de divers séjours offerts par les hôtels présents, sans oublier que la Cie Air Austral offrait 2 billets d’avion A/R.

Il est réjouissant de constater que pour une fois, tous les lots ont été remis à des agents de voyages confirmés et pas à des stagiaires qui, demain, auront déjà quitté la profession !

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

AUCUN COMMENTAIRE

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE