La Côte d’Opale, la riviera des Hauts de France (2)

Premier port de pêche français, Boulogne-sur-Mer est aussi la « capitale » de la Côte d’Opale. Mais on aurait tort de ne considérer que son marché aux poissons et de traverser la ville sans s’y arrêter.

Si elle dispose d’une vaste plage, mais sur la commune voisine du Portel, elle vaut surtout pour sa ville haute, fortifiée au XIIIème siècle. Ensemble architectural très cohérent, ses petites rues et ses maisons de pierre abritent aujourd’hui boutiques et sympathiques bars et restaurants.

© Tourisme Boulonnais
© Tourisme Boulonnais

Sa basilique, dont la vaste crypte, aujourd’hui rouverte au public après d’importants travaux, expose une belle collection lapidaire et témoigne du culte marial qui y perdure. Son dôme, inspiré de celui du Panthéon de Paris, culmine à 80 mètres.

Quant à la mairie, avec sa haute tour et son jardin fleuri dont le thème change chaque année, elle se trouvait au croisement de deux routes romaines.

Sous le signe du golf

De Boulogne, on peut emprunter sur quelques kilomètres l’autoroute A16, qui va de Dunkerque à Paris en direction de Hardelot. Le lieu vaut surtout pour son château néogothique, imagine par un Anglais francophile, John Whitley, au XIXème siècle.

hardelot-les-pins-4326Dans le grand parc où trône le château se dresse désormais, depuis l’année dernière, un théâtre élisabéthain, mais le lieu est avant tout la concrétisation d’un projet du Département d’un centre culturel dédié aux relations entre la France et la Grande-Bretagne.

On trouve plusieurs golfs à proximité, et le charmant hôtel Château Cléry, à Hesdin l’Abbé, fait partie des huit établissements en France de la chaîne Najeti, dédiée aux amateurs de la petite balle blanche.

L’empreinte anglaise

Hôtel de ville du Touquet
Hôtel de ville du Touquet

Le Touquet-Paris-Plage, c’est son appellation officielle depuis 1912. Mais l’idée était née bien longtemps avant, quand Hippolyte de Villemessant, directeur du Figaro, la suggéra à son ami Jean-Baptiste Daloz, qui avait acquis là des terrains sur lesquels, pendant 30 ans, il allait planter quelque 800 hectares de pins maritimes, de peupliers et d’aulnes.

Très vite, la gentry parisienne s’est en effet précipitée au Touquet, qui ouvrit son hippodrome avant même la construction de l’église… Deux promoteurs anglais poursuivirent l’aventure, construisant plusieurs hôtels de luxe, deux casinos et des installations sportives.

Paradis des sports

Outre un parc équestre de 65 hectares, avec son hippodrome et ses terrains de sauts d’obstacles, Le Touquet peut s’enorgueillir d’un centre tennistique réputé, portant aujourd’hui le nom de Pierre de Coubertin, inventeur des Jeux Olympiques modernes, qui fut le directeur de la station. On compte aussi deux base nautiques, l’une pour la voile, l’autre pour le char à voile, un stade d’athlétisme et bien sûr un golf.

4921236549_1200_1600Le Touquet abrite aussi le centre de thalasso le plus proche de Bruxelles, géré par le groupe Accor qui y exploite un Novotel et un Ibis de part et d’autre.

… et des enfants

Mais Le Touquet est d’abord un destination familiale — haut de gamme — avec des animations et des tarifs en fonction de l’âge. Pas moins de six clubs de plage sont proposés aux enfants, sans compter le parc aquatique situé en front de mer.

Quant à la ville elle-même, le centre se limite à quelques rues où se succèdent boutiques et restaurants de qualité, sans compter les agences immobilières…

Une vaste offre hôtelière

On compte une bonne quinzaine d’hôtels, dont le Grand Hôtel et le Holiday Inn Resort et une demi-douzaine de trois étoiles, dont le sympathique Castel Victoria, rue de Paris.

Le Palais des Congrès propose de nombreuses salles modulables et un grand auditorium dans un cadre qui allie le charme d’antan et une grande modernité. Deux casinos, Partouche et Barrière, complètent l’offre haut de gamme de la station, parfaitement équipée pour accueillir groupes, congrès et séminaires.

12345798De Gainsbourg à … Macron

Festivals d’art et de musique, compétitions sportives internationales, concerts, expositions : la ville accueille chaque année quelque 400 événements.

Serge Gainsbourg, alors qu’il était encore un inconnu du grand-public, joua comme pianiste en saison à l’Ascot Bar, à l’angle de la rue Saint jean et du Boulevard Daloz (aujourd’hui agence du Crédit Mutuel). Il revint plus tard au Touquet et y composa des chansons.

Philippe Noiret était un des des habitués de la station, où l’on peut encore croiser aujourd’hui Charlotte Rampling, Brigitte Fossey, Jean Rochefort (qui fait courir ses chevaux à l’hippodrome) ou encore … le nouveau président français, Emmanuel Macron, tous séduits par le climat et la lumière indicible du Touquet.

Pour relire la 1e partie

La Côte d’Opale, la riviera des Hauts de France (1)

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

AUCUN COMMENTAIRE

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE