La BTO avertit l’IATA…

Ces dernières années, l’IATA va trop loin. Il y aura la transition vers le remittance hebdomadaire à l’IATA pour la vente de tickets d’avion, qui remplacera le paiement toutes les deux semaines.

Il y a la New Distribution Capabilitry (NDC), qui s’avère en réalité un moyen pour renforcer la vente directe des compagnies aériennes et qui – surtout- va réduire les moyens permettant aux agences de voyages d’offrir un choix neutre et impartial à leurs clients.

Ce n’est pas tout…

Dans le courant du deuxième trimestre de l’année prochaine, la New Gen ISS sera entièrement appliquée en Belgique. Une partie de la New Gen ISS est la Remittance Holding Capacity (RHC). Il s’agit d’un système obligeant les agences à payer immédiatement lors d’une réservation d’un vol dans le cas où la vente de tickets s’accélère d’une façon importante.

La BTO, par le biais de son organisation européenne ECTAA, a pu faire modifier les ambitions initiales de l’IATA. Le paiement direct et immédiat ne s’imposera qu’à partir du moment où les ventes augmenteront du double. L’IATA aurait voulu instaurer ce système à partir d’une hausse des ventes de 15%.

Et ce n’est toujours pas tout…

L’IATA a l’intention d’adopter début novembre une série de nouvelles résolutions. La BTO dit : il faut en retirer au minimum deux. Numéro un : ne dénaturez pas les règles qui gouvernent le fonctionnement du Travel Agency Commissionner (TAC). Ce Commissionner est une instance qui est d’une grande utilité pour les agences.

Le TAC a d’ailleurs été instauré en 2005 suite à un jugement judiciaire après un procès concernant l’abus de position dominante de l’IATA. Numéro deux : l’IATA dit explicitement que, au départ de son quartier général, elle a le droit de modifier unilatéralement les critères financiers qui ont été négociés par pays.

« Le Passenger Agency Programme de l’IATA n’est plus adapté à la situation actuelle du marché »

Il s’agit à nouveau d’un non- respect du jugement judiciaire, qui a voulu renforcer le rôle des APJC (la consultation régulière des associations des agences, c’est-à-dire le comité d’ avis). Ce sont les APJC qui déterminent – après débat – les Local Financial Criteria. Eux seuls.

Jan Van Steen, Président de la BTO dit : «  L’IATA semble toujours vivre au temps où la relation entre les compagnies aériennes et les bureaux de voyages était principal et agent. Cette période est depuis longtemps révolue. Les agences de voyages sont – depuis longtemps – des entreprises indépendantes (aussi bien économiquement que juridiquement). Le Passenger Agency Programme de l’IATA n’est plus adapté à la situation actuelle du marché. La BTO veut réviser la relation entière : l’actualiser, la rendre cost effective, d’avantage basée sur la coopération et – surtout – sur la ligne d’un meilleur équilibre ».

Communiqué de presse

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

AUCUN COMMENTAIRE

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE