Israël a fait le buzz à Berlin

Le salon ITB Berlin est régulièrement le théâtre de petits conflits entre certaines communautés présentes sur le salon. On a pu voir, par exemple, l’an passé, une protestation de l’Azerbaïdjan contre l’Arménie au sujet d’un conflit sur la promotion du Karabakh. En 2015, il y avait eu une protestation pour demander la liberté en Iran. Cette année, c’est Israël qui fait l’actualité. En attendant, le tourisme en terre sainte bat des records de fréquentation !

Le stand d’Israël objet d’une mini manifestation

Des témoins qui souhaitent garder l’anonymat ont déclaré que l’incident avait duré moins de cinq minutes et que, bien que cela ait été perçu comme une provocation délibérée, les manifestants n’étaient pas armés.

Il s’agirait en fait de quelques employés d’une société de sécurité qui auraient crié « Palestine libre. »

Pour l’office du Tourisme d’Israël, tout est calme

Des représentants de l’Office du tourisme israélien sur le stand ont également minimisé l’incident ou ont refusé de reconnaître qu’un incident s’était produit. La police allemande a été alertée pour protéger le stand contre d’autres attaques possibles.

Le stand d’Israël était proche du stand de la Palestine

Un stand de la Palestine était situé à côté de celui d’Israël.

Aucun représentant palestinien n’a dit avoir vu un incident, pas plus que les représentants égyptiens, jordaniens et libanais, qui se trouvent tous à côté du stand israélien sur la foire.

En attendant, Israël bat des records en matière de tourisme

En 2017, 3,6 millions de touristes se sont rendus en Israël, soit une augmentation de 25 % par rapport à 2016. Mais le boom est un véritable casse-tête sur des sites populaires comme la vieille ville de Jérusalem et la mer de Galilée.

Le taux d’occupation des hôtels dans des villes comme Jérusalem, Tel Aviv et Eilat aurait été de 70 % durant de fortes périodes de l’année.

Une progression du tourisme due à au moins deux facteurs

La progression du tourisme serait due à un calme relatif constaté en Israël pour le moment.

Par ailleurs, l’accord de « ciel ouvert » avec l’Europe a fait baisser les prix du billet d’avion et fait venir de nouveaux touristes. Il faut signaler qu’Israël subventionne les compagnies aériennes notamment sur Haïfa.

La difficulté d’hébergement se fait ressentir

Les difficultés d’hébergement sont réelles. Par exemple à Tel Aviv, on trouve plusieurs hôtels de luxe mais ce sont des jeunes qui séjournent dans la capitale et ils préfèrent des hôtels plus simples et moins chers.

Il est également difficile pour les agences de trouver des hôtels convenables proches des lieux saints. Ils sont obligés de les héberger à plus de 30 km.

Il semblerait que l’état d’Israël prend conscience du problème et tente de subventionner de nouvelles structures hôtelières.

La difficulté à visiter des lieux saints

Un guide raconte : « Auparavant, nous devions attendre environ une heure pour pénétrer dans l’église du Saint-Sépulcre » « Maintenant, il faut environ deux heures et demie en moyenne. Pour l’église de la Nativité à Bethléem, on attendait une heure et quart et encore récemment c’était plutôt trois heures et demie d’attente« .
C’est un problème récurrent pour de nombreux lieux touristiques dans le monde comme par exemple Venise.

On ne peut passer sous silence la décision du président Trump de réduire sa dotation financière pour les réfugiés de Palestine.

Et surtout la décision, contestée par 185 pays dans le monde, de considérer Jérusalem comme capitale d’Israël. Selon les jordaniens, il s’agit : « d’une violation du droit international qui aura des répercussions dangereuses sur la stabilité et la sécurité de la région».

 

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

AUCUN COMMENTAIRE

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE