Interdiction de vol pendant le chabbath : le tourisme religieux se porte bien

La Torah interdit de faire 39 travaux pendant Chabbath. Ce qui crée une multitude d’interdictions diverses. Mais, sans doute dans la crainte du ciel, un 40ème vient d’être initié le par des passagers juifs ultra-orthodoxe voyageant le 15 novembre dernier à bord de vols El Al. Inventant le principe de précaution concernant la présomption de voyager le jour saint.

Les deux vols reliant New York à Israël ont été retardés au départ à la suite de fortes intempéries sur la côte est Américaine. Sans doute le fait générateur.

Un retard qui suscita la colère de voyageurs juifs orthodoxes présents à bord. En effet, ils craignaient d’être toujours dans les airs au début du jour du Chabbath.

C’est-à-dire, entre, le vendredi à la tombée de la nuit jusqu’au samedi à la même heure. Ce qui une violation des écritures.

Leur crainte était donc d’arriver à destination après la cérémonie des 25 heures. Les équipages avaient tenté en vain de les rassurer en leur précisant que les vols arriveraient dans les délais.

Mais la détermination de la foi religieuse l’emporta sur les prévisions techniques. Une hôtesse de l’air semble avoir été frappée et des menaces de boycott proférées. Il est vrai qu’à ce moment, Chabbath n’avait pas commencé.

« N’effectue aucun travail » énonce la Torah, sans expliciter lesquels. Un principe du chômage absolu s’est institué. Il y a bien longtemps, le non-respect de cette règle absolue était pour les contrevenants, la mort par lapidation.

Autres temps, autres mœurs, Dieu merci, cela n’arriva pas.

Alors les passagers craignant que leurs fautes ne soient pas pardonnées ont manifesté avec véhémence dans l’avion. Établissant ainsi un principe de précaution de présomption de voyage en période de jeûne.

L’un des vols a poursuivi sa route jusqu’à Tel-Aviv en raison d’un grave problème de santé touchant une passagère.
L’autre a été dérouté à Athènes pour que les voyageurs juifs orthodoxes puissent respecter le Chabbath.

L’histoire ne dit pas ce qu’en pensent les goys forcément présents dans les avions.
De son côté, El Al a déclaré qu’elle offrirait un billet aller-retour vers n’importe quelle destination en Europe à chacun des 400 passagers du vol pour les dédommager. Passagers ultra-orthodoxes compris.

Print Friendly, PDF & Email
Facebook
Twitter
LinkedIn

Commentaires

commentaires

AUCUN COMMENTAIRE

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE