Inapte au travail, mais agent de voyages (suite et fin ?)

Vous vous souvenez de Nicolas Landry, cet enquêteur de la Sûreté du Québec qui profitait d’un congé payé parce qu’inapte au travail, tout en gérant une agence de voyages? Il vient finalement d’être déclaré coupable d’avoir fraudé son employeur de 42 000 $.

Tourisme Plus a fait état de cette affaire, en août dernier. Le procès avait notamment permis d’apprendre que M. Landry, soi-disant incapable de faire du travail administratif pour la SQ en raison d’une dépression majeure, gérait les affaires d’une agence – soit l’agence Carlson Wagonlit Voyages Mont-St-Hilaire officiellement exploitée par son père (Jacques Landry) et son ex-conjointe (Isabelle Malorni).

« Nicolas Landry a menti et fait des omissions volontaires. La seule conclusion raisonnable est qu’il est coupable », a déclaré le juge André Perreault, lundi dernier (29 octobre), au Palais de justice de Montréal. L’homme de 43 ans, qui comptait 13 années d’expérience à la SQ, risque maintenant la destitution, révèle le Journal de Montréal, dans son édition du 29 octobre.

Dans des courriels lus devant le tribunal, M. Landry s’identifiait comme président ou propriétaire de l’agence, même si son nom ne figurait pas au registre des entreprises. Dans ces mêmes communications, il donnait notamment des directives sur la façon de travailler, sur des promotions et publicités… Le registre téléphonique de l’accusé démontrait qu’il avait communiqué avec une employée de l’agence plus souvent qu’avec sa conjointe.

En outre, durant la période de juillet 2009 à octobre 2014, alors qu’il affirmait aux médecins qu’il « ne faisait pas grand-chose de ses journées » et qu’il « n’avait plus d’énergie », M. Landry aurait fait des dizaines de voyages dans des destinations comme Dubaï, la France, la Jamaïque, l’Italie, Aruba et le Mexique.

BÉNÉVOLAT ?

L’avocat de la défense, Me Walid Hijazi, a fait valoir que « la preuve ne permettait pas de conclure que son client avait été rémunéré pour ses activités dans les agences de voyages », mentionne l’article de Michael Nguyen, dans le Journal de Montréal. Cela n’a toutefois pas convaincu le juge. M. Landry doit revenir au tribunal cette semaine afin de fixer la date des plaidoiries sur la peine à lui imposer.

Pour lire le reportage du Journal de Montréal, cliquer ici.

Pour relire les précédents articles…

Inapte au travail… mais agent de voyages ?

Inapte au travail… mais agent de voyages ? (la suite)

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

AUCUN COMMENTAIRE

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE