Il n’y a jamais eu autant de Français en vacances qu’en 2017

Lors de son séminaire annuel, le bureau d’études Raffour Interactif a présenté lundi dernier à Paris les résultats de son baromètre des nouvelles tendances de consommation touristique et du tourisme en ligne en France.

Des résultats toujours très attendus par la profession, d’autant que, si les chiffres ne connaissent pas de fluctuation spectaculaire d’une année à l’autre, une analyse plus détaillée, à travers des croisements dynamiques de données, apporte des enseignements très utiles.

Un record en 16 ans

Premier enseignement : il n’y a jamais eu autant de Français en vacances qu’en 2017 : 64%, soit 34,8 millions de personnes de 15 ans et plus. C’est un niveau record depuis 16 ans que le Baromètre existe. L’amélioration de la conjoncture et une confiance retrouvée ont permis cette hausse du nombre de partants. Elles se traduisent également par une augmentation du nombre de séjours pris.

Si le taux de départ en courts séjours marchands est en baisse d’un point, il s’explique par un choix davantage orienté vers le long séjour marchand mais se maintient à un niveau élevé : 33% des Français. Les longs séjours marchands restent stables, à 41% en 2017, mais au niveau le plus élevé depuis 16 ans également, car la population a aussi augmenté.

Guy Raffour : « Ceci est très positif pour le secteur du tourisme, car ces séjours comportent des prestations payantes choisies majoritairement autour d’un nouveau lieu de séjour ».

Quant aux longs séjours non marchands cette fois — dans la famille, chez des amis, en résidence secondaire — ils ont été consommés par 29% des Français en 2017, soit une hausse de 4 points par rapport à l’année précédente.

Guy Raffour l’explique : « Si le nombre total de séjours pris par les Français a augmenté en 2017, cela a également bénéficié aux départs en longs séjours non marchands. Ils concernent surtout des personnes qui ont en moyenne des revenus moins élevés, la somme économisée sur l’hébergement facilitant le départ ».

Critères de choix

De nombreux enseignements sont à retirer du choix d’une destination pris en compte par les Français partis en longs séjours marchands en France. Sur 19 critères mesurés, 12 sont en moyenne pris en compte par les Français partis en long séjour marchand.

Le choix du séjour et de la destination résulte d’un processus de sélection par les Français de type « cahier des charges », qui donne lieu à une confrontation des informations recueillies via différentes sources : professionnels du tourisme (TO, agences de voyage, comités d’entreprise, Offices de tourisme, nationaux, régionaux, départementaux, etc. mais aussi des associations et fédérations, famille, amis, collègues, guides, et autres touristes… captées en ligne pour 79% des Français partis.

Les paysage viennent en tête de liste et la culture, tout en bas… sauf pour les touristes plus âgés. Car ces critères de choix ne s’organisent pas de la même manière selon l’âge ou la résidence en milieu urbain ou non, par exemple, et les opérateurs devraient en tenir compte.

Toujours plus d’Internet mobile

Le taux de préparation des vacances en ligne poursuit sa progression : 79% des Français partis ont préparé en ligne leurs séjours de loisir, soit 2 points de plus encore qu’en 2016. Les raisons de cet engouement sont multiples, explique Guy Raffour : hausse continue du M-tourisme, niveau élevé des longs séjours marchands, choix plus expérientiels, recherche du meilleur rapport qualité/ prix, des contenus collaboratifs et ‘entre touristes’, lecture d’avis, etc. Mais aussi la possibilité de préparer son voyage au moment voulu, 24h sur 24, 7 jours sur 7, avec une visibilité en temps réel sur les disponibilités.

Après le spectaculaire bond de 14 % en 2016, les Français partis en vacances ont encore été, l’an dernier, 5 % de plus à préparer ou réserver leurs séjours sur leur smartphone ou leur tablette Internet, et sont désormais m-touristes à 58 %. « L’Internet mobile, constate Guy Raffour, accompagne à présent de façon majoritaire les Français pendant leurs séjours, via des services et des applications géolocalisées selon leurs besoins et profils.

Les contenus mobiles informatifs sur les lieux de séjour (cartographie, événements, guides…), couplés à un accès en temps réel aux prestataires, changent la façon dont les Français vivent les séjours : ils organisent davantage sur place les activités, tout en mettant au préalable de côté un budget « localisé ».

Le nouveau pouvoir des vacanciers

Au total, 53% des Français partis ont réservé tout ou partie de leurs séjours sur Internet (via ordinateur, tablette, smartphone) en payant intégralement en ligne, soit 18,5 millions. On mesure une hausse de 3 points par rapport à 2016. Ce taux de réservation de 53% est d’autant plus important qu’une partie des Français a pris des séjours non marchands et que l’utilisation du véhicule personnel de façon majoritaire pour les séjours en France — principale destination des Français — diminue de facto la réservation de transports.

Les Français ont ainsi acquis un nouveau pouvoir : celui d’intermédier leurs réservations ou d’aller directement vers les prestataires, que ceux-ci soient des professionnels, des associations, des institutionnels ou des particuliers. L’e-tourisme oblige ainsi tous les acteurs à optimiser leur modèle en permanence.

Guy Raffour a également présenté les résultats d’une autre enquête annuelle, réservée aux souscripteurs, sur les nouveaux comportements de la clientèle loisirs tels qu’ils sont perçus par les agents de voyage.

Une demi-douzaine d’intervenants a par ailleurs apporté leur contribution à cette journée en mettant en perspective leur propre expérience dans les nouvelles tendances de consommation touristique :

Serge Mesguich, Directeur du fonds France Investissement Tourisme de Bpifrance, sur les principaux critères à prendre en compte par les Startup du tourisme

Philippe Violier, Directeur de l’Esthua d’Angers, sur les règles à respecter pour qu’un Cluster du tourisme soit réussi

Jean Pochoy, Directeur Général Délégué d’Azureva, sur l’adaptation de l’offre des villages de vacances traditionnels aux nouvelles tendances de consommation

Philippe Vallette, Directeur Général de Nausicaa à Boulogne-sur-Mer, sur l’interactivité qui permet de proposer une expérience ludique et pédagogique au service d’une mission de sensibilisation à la protection des océans

Murielle Nouchy, Managing Director, Visit California France & Belgique

Auxquels s’est jointe, par téléphone, une représentante de Siblu villages.

Raffour Interactif édite ses travaux sur une clef USB contenant: le Baromètre 2018 auprès des Français en trois PowerPoint, des résultats du Baromètre des Nouvelles tendances des clientèles perçues par les Agents de voyages, une synthèse sur l’impact du e-tourisme, une synthèse de 6 mois de veilles informationnelles, une synthèse RGPD. Pour accéder à la présentation détaillée de cette clef et au bon de commande, cliquez-ICI.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

AUCUN COMMENTAIRE

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE