Avec son application Pruvo, une jeune startup israélienne, basée à Haïfa, entend révolutionner la réservation de chambres d’hôtel grâce à un robot qui va dénicher des prix encore plus bas que ceux des comparateurs.

Tout est parti d’une expérience vécue par une jeune ingénieur, Itai Marsipar, qui, comme tout le monde, déteste passer pour un pigeon. Avec un copain informaticien, ils ont mis au point un algorithme capable de pister en continu les moindres variations du prix des chambres et d’en avertir aussitôt le détenteur de la réservation.

Il suffit pour celui-ci d’envoyer à Pruvo une copie de la réservation effectuée sur n’importe quel site pour que l’algorithme se mette à surveiller l’évolution des prix, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, sur différents sites. Si le robot qui se charge de ce travail trouve une réservation à un prix plus intéressant, le système en informe le client qui peut alors effectuer une nouvelle réservation moins chère.

Des dollars économisés

Pruvo a levé 100.000 dollars en seulement quelques jours grâce au financement participatif. Le site compterait déjà des milliers d’utilisateurs à travers le monde, revendiquant 450.000 dollars d’économisés par les consommateurs sur leurs réservations d’hôtels depuis sa mise en service en mai 2016.

Va-t-il s’attirer les foudres du secteur hôtelier ? Pas vraiment, à en croire Itai Marsipar : « Ce que nous voulons, dit-il, c’est que les tarifs hôteliers soient plus abordables pour les touristes du monde entier ». Et en rendant les hôtels plus compétitifs, Pruvo pourrait y faire revenir une partie de la clientèle captée, par exemple, par Airbnb…

D’autres déclinaisons ?

En attendant, la startup imagine des déclinaisons de son système, que l’on pourrait étendre aux réservations de vols, de voitures ou de places de spectacles. La jeune société envisage ainsi très sérieusement de se diversifier et d’étendre ses services à d’autres secteurs où l’on observe des fluctuations de prix après une réservation. Pruvo espère gagner en notoriété et attirer de nouveaux investisseurs. Car son service est totalement gratuit, et il faudra bien qu’elle se rémunère un jour d’une façon ou d’une autre.

Enfin, il faut évidemment que la réservation ait été effectuée sur un site qui garantit la gratuité de l’annulation. Bien que ce soit le cas, aujourd’hui, de la plupart d’entre eux, si Pruvo devait se développer mondialement, les hôteliers ne tarderaient sans doute pas à répliquer. En multipliant, par exemple, les formules non remboursables, comme c’est déjà le cas pour les prix les plus bas. Mais cela n’enlève rien à l’intérêt de l’idée.

Print Friendly, PDF & Email

Commentaires

commentaires

AUCUN COMMENTAIRE

ÉCRIRE UN COMMENTAIRE